Redécouvrir Feydeau mis en scène par Zabou Breitman !

La dame de chez Maxim
La dame de chez Maxim © Théâtre de la porte saint martin

Après Le système Ribadier à la Comédie-Française, Zabou Breitman retrouve Feydeau et l’une de ses pièces les plus mythiques, La Dame de Chez Maxim, qu’elle met en scène, au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Le Docteur Petypon (Micha Lescot), médecin respectable, a fait la fête jusqu’au petit matin chez Maxim. Son meilleur ami le découvre endormi à midi sous un canapé renversé. De la chambre sort la Môme Crevette (Léa Drucker), une danseuse du Moulin-Rouge. Celle-ci est forcée de se faire passer pour sa femme. Elle se pique au jeu et provoque une cascade de quiproquos, d’imbroglios et de coups de théâtre à un rythme effréné.

La Dame, c’est celle par qui le scandale arrive. La Dame c’est celle qui empêche la douce torpeur de la bourgeoisie, l’empêcheuse de tourner en rond. Les situations explosent, les personnages éclatent. Les conventions s’écroulent. Un cauchemar. Un véritable cauchemar. Le réveil de Petypon, incapable de se souvenir de sa folle soirée de la veille, va le plonger dans une autre réalité. À moins que ce ne soit celle qu’il vit au quotidien, sans la voir. À moins que tout soit faux tout le temps. Les acteurs comme toujours, entrent dans ce spectacle en ne faisant qu’un avec lui. Le rythme de cette langue, requiert une virtuosité obligatoire. Un engagement total. On perd sinon les troubles et les désespoirs.

Je souhaite servir le cauchemar de Lucien Petypon, l’amener dans une réalité autre, où tout serait faux, où tout est désespéré mais pas grave, où le théâtre se joue, et se joue de ses propres personnages, de son propre décor. L’atroce réalité du cauchemar que vit Petypon, emmené de force dans cette farandole de l’épouvante, angoissante comme peut l’être un bonheur forcé, épaule cette disjonction redoutable de la comédie de Georges Feydeau.

« La tragédie, c’est lorsqu’on se coupe le doigt. La comédie, c’est quand on tombe dans une bouche d’égout ouverte et que l’on meurt. » - Mel Brooks.

Zabou Breitman - metteuse en scène

►►► Distribution

  • La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau
  • Mise en scène par Zabou Breitman
  • Musique de Reinhardt Wagner
  • Avec : Léa DRUCKER : La Môme Crevette ; Micha LESCOT : Petypon ; André MARCON : Le Général ; Eric PRAT : Etienne - une dame ; Christophe PAOU : Mongicourt ; Anne ROTGER : Mme Petypon (Gabrielle) ; Reinhardt WAGNER : La Duchesse - une dame ; Valérian BÉHAR-BONNET : Corignon ; Philippe CAULIER : Varlin - l’Abbé ; Ghislain DECLÉTY : Marollier ; Solal FORTE : Le Duc ; Constance GUIOUILLIER : Clémentine ; Pierre-Antoine LENFANT : Le balayeur – Émile ; Damien SOBIERAFF : Chamerot – Guerissac ; Pier-Niccolò SASSETTI : Chamerot – Guerissac ; Madlyn FARJOT : Danseuse cancan
  • Avec la participation des élèves du studio d’Asnières
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.