Vous êtes peut-être de ceux qui pensent qu'avoir de bonnes notes à l'école est d'une importance capitale, que sans ça, la réussite ne suivra pas. Pourtant, ils sont bien nombreux ces génies qui se revendiquent mauvais en classe, sans cesse absents, toujours ailleurs. Daniel Picouly fait partie de ces petits monstres, et sur les planches du Théâtre Tristan Bernard, dès le 5 septembre dans La faute d'orthographe est ma langue maternelle, il reviendra là-dessus, et sur ce qu'il est devenu, malgré tout : un écrivain de talent. Etre écrivain vous impose de répondre aux mêmes questions à longueur de temps : est-il obligatoire de lire les Livres de poche par ordre de numéros ? Pourquoi ce qu’on écrit est génial le soir même et nul le lendemain ? Est-ce vrai qu’il n’arrive d’histoires qu’à ceux qui savent les raconter ? Vous gagnez combien ?Elles sont récurrentes ces questions, et alors, Daniel Picouly revient au début, au tout début, quand il avait 10 ans. Il était très jeune, et ses fautes d'orthographe étaient terrifiantes, tellement elles étaient nombreuses. Découvrez le trajet initiatique d'un cancre qui écrira, quelques années plus tard, Le Champ de Personne.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.