D’après Monologue extrait de La Femme rompue de Simone de Beauvoir

La femme rompue
La femme rompue © Pascal Victor

Le Théâtre des Bouffes du Nord donne la parole à une femme qui, anéantie et déchirée, se venge par le monologue. Elle laisse jaillir sa rage, la douleur des souvenirs et son lot de culpabilité qui remontent à la surface. Seule, un soir de réveillon, quand tous les autres jouissent aveuglément de leur confort affectif et social, et que l’habitude de se taire n’est plus possible, elle peut enfin crier et s’opposer à cette violente idée du bonheur que nous impose le monde.

Cette femme, c’est Josiane Balasko, « cette petite bonne femme franche intrépide intègre » comme dit Beauvoir. Une actrice rugueuse qui ne minaude pas pour séduire ni pour attirer la compassion. Une femme de caractère. Sans concession. « Une femme vraie, qui ne joue pas le jeu ». Bouleversante, elle cache sa sensibilité. Comme si baisser sa garde pouvait la fragiliser. Une partition sous forme d’autoportrait.

Hélène Fillières

►►► Distribution

  • Mise en scène Hélène Fillières
  • Lumières Eric Soyer
  • Costumes Laurence Struz
  • Scénographie Jérémy Streliski
  • Création musicale Mako
  • Assistante à la mise en scène Sandra Choquet
  • Remerciements à Muriel Huster
  • Avec Josiane Balasko
La femme rompue
La femme rompue © Pascal Victor
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.