La Gatomaquia o Israel Galván Bailando para cuatro Gatos. Israel Galván ? Oui, mais en solo !

Israel Galvan - Romanès
Israel Galvan - Romanès © MJacob

Apprendre à marcher, parler, et à danser le flamenco, Israel Galván a fait tout cela d’un même élan puisque né à Séville de José Galván et Eugenia de la Reyes,  danseurs. Le flamenco lui est héritage familial, tradition séculaire, sol natal où il ancre sa quête d’artiste inventeur pour lequel chaque nouveau spectacle  est le reflet d’une étape de sa vie.  

On ne présente plus l’artiste sévillan, immense rénovateur du flamenco ; ses grandes pièces, universelles et contemporaines au cœur desquelles le regard brûle  pour le danseur, son compás absolu, ses zapateados qui laissent l’espace essoré. Ses solos purs, eux, restent rares. Ponctuels. Osés volontiers sans musique,  poussés au plus près du risque de l’instant. 

Israel Galvan - Romanès
Israel Galvan - Romanès / MJacob

Au cirque Romanès, le danseur baptise son solo La GATOMAQUIA o Israel Galván bailando para cuatro gatos. El gato :  le chat. La Gatomaquia (La Bataille des chats): un chef-d’oeuvre burlesque de Lope de Vega. La curiosité est à vif. La langue populaire ne dit-elle pas que  «danser pour quatre chats », c’est être seul avec soi-même? Or, au cirque Romanès, on n’a jamais vu d’autre animal en piste que les chats de la famille. Où  Galván rejoue l’énigme d’une magistrale solitude… 

Danseur relié à la terre et à l’air, Israel Galván n’a pas son pareil pour capter soudain l’immobilité, le silence, convoquer le dénuement profond du zapeteado  et des palmas, faire musique première de son corps, ligne tellurique d’où il convoque les peurs et les songes, d’un envol de mains. 

Avec lui, le flamenco est  danse de la mémoire et du temps présent. 

Gérard Mayen 

Source Théâtre de la Ville 

► Distribution 

  • Chorégraphie et danse Israel Galván 
  • Conseillé artistique Pedro G.Romero  
  • Son Pedro Leon 

► Lieu 

  • Cirque Romanès : Dernier cirque tsigane dans le monde, pour des raisons poétique et de convivialité le chapiteau de la famille Romanès est  volontairement petit et permet au duende d’être au rendez-vous. (Square Parody, boulevard de l'Amiral Bruix 75016 Paris)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.