texte et mise en scène Guillaume Vincentcréation au Festival d'Avignon 2012 avec Francesco Calabrese, Emilie Incerti-Formentini, Florence Janas, Pauline Lorillard, Nicolas Maury et Susann Vogel avec les voix de Nikita Gouzovsky et Johan Argenté avec le visage de Thibaut-Théodore BabinAvec La nuit tombe... Guillaume Vincent choisit d’inscrire son nouveau spectacle dans le décor unique d’une chambre d’hôtel qu’il transforme en chambre d’échos pour dire des émotions renvoyant chacune à l’intime . Susann, Hanna et Wolfgang sont les héros de trois différentes temporalités, ils s’avèrent pourtant les doubles de nous-mêmes à travers l’évocation de la porosité sans limite de ce que nous nommons la réalité.

Dans cet espace de tous les possibles, le français n’est pas la seule langue qui se parle et l’on comprend bientôt que la mise en avant de ces fragments de vies, le mix de leur surexposition ne doit rien au hasard. S’armant des ressorts du suspens et naviguant entre les ombres du mystère, ce théâtre tire ses bords pour accoster sur des rives inconnues qui sont celles des récits fantastiques.Signant le texte et la mise en scène de ce nouvel opus, Guillaume Vincent se réclame cette fois-ci des films de genre. La nuit tombe... évoque le rideau d’oubli qui avec leur mort se referme sur les vies de ceux qui nous sont chers. Mais le titre peut aussi s’entendre en contrepoint de celui de l’opéra contemporain The Second Woman, par lequel Guillaume Vincent rendait hommage à John Cassavetes. L’opportunité pour lui de continuer d’inventer le chaînon manquant d’une théâtralité se revendiquant encore et toujours de la cinéphilie.

La nuit tombe
La nuit tombe © Elisabeth Carechio ® MYRA
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.