De Bertolt Brecht, mise en scène Heiner Müller avec le Berliner Ensemble

Jouer avec l'histoire

comment un pauvre gangster devint maître de Chicago, comment Hitler devint maître de l’Allemagne, comment Martin Wuttke est devenu Arturo Ui.

Minable malfrat de Chicago, Arturo Ui s’allie au gang des choux-fleurs, manipule les uns et les autres, fait main basse sur la ville. C’est ainsi que, à travers la fable écrite par Brecht en exil en 1941, Hitler a pris le pouvoir. C’est l’ultime mise en scène de Heiner Müller, alors directeur du Berliner Ensemble, et qui jusqu’à présent se réservait plutôt à ses propres textes. Il meurt en décembre 1995, six mois après la première. C’est, dans ce domaine, son chef d’oeuvre (venu en 1996 au Festival d’Avignon). Car, en dehors de son intimité avec l’ironie rageuse de Brecht, avec sa volonté de désigner un mortel danger encore et toujours actuel, il y avait martin Wuttke. Un Arturo Ui chien enragé, clown terrifiant, naïf aux ambitions démesurées qui se cherche dans les fauxsemblants du théâtre… Il y avait, il y a Martin Wuttke, qui chaque saison le retrouve. Lesannées ni l’âge n’y peuvent rien. Arturo Ui est Martin Wuttke. Et vice versa.Colette Godard

La résistible ascension d’Arturo Ui - Berliner ensemble
La résistible ascension d’Arturo Ui - Berliner ensemble © Barbara Braun

Martin Wuttke raconte Bernhard Minetti

Le 3 juin 1995, la première d’Arturo Ui fut un succès sensationnel. Les sept semaines de répétitions, au total 59 services – avaient été pourtant bien mouvementées.Heiner Müller savait ses jours comptés et il savait que la santé financière et artistique du berliner ensemble n’était guère plus brillante et reposait sur lui. L’Ensemble, entité historique et biologique, ne semblait pas particulièrement disposé à adopter la récente recrue de Matthias Langhoff : Martin Wuttke, la trentaine, formé à l’Ouest dans une autre tradition théâtrale. Enfin, les 584 représentations triomphales d’Arturo Ui, interprétées par Ehkkehard Schall dans la version historique de 1959, étaient encore bien vivantes dans toutes les mémoires.Müller pouvait au mieux travailler quatre heures par jour. L’artisanat quotidien de la mise en scène n’était pas vraiment son affaire. Stephan Suschke, son collaborateur depuis la fin des années quatre-vingt, l’assistait dans cette tâche. Pour ainsi dire co-metteur en scène, il demeure encore aujourd’hui le responsable artistique du spectacle. Müller en revanche excellait pour lancer des idées provocantes et trouver l’énergie et la dynamique du projet artistique. Il résumait par exemple la fable d’Arturo Ui dans un slogan inspiré par Othello : « Un nègre d’Autriche vient en Allemagne où il veut grimper ». En proposant à Martin Wuttke d’affronter Bernhard Minetti dans la scène centrale de la leçon de théâtre, Heiner Müller, empêcheur de jouer en rond, préparait une collision prometteuse.

La résistible ascension d’Arturo Ui - Berliner ensemble
La résistible ascension d’Arturo Ui - Berliner ensemble © Barbara Braun

En 2005, Stefan Suschke a publié aux éditions de la revue Theater der Zeit Müller macht Theater, un précieux ouvrage sur les dix mises en scène réalisées par Heiner Müller, dont la dernière fut Arturo Ui. Le 30 décembre 1995, le Berliner Ensemble improvisa un changement de programme. La première prévue ce jour-là fut repoussée pour laisser place à Arturo Ui. Devant le rideau de fer baissé, Hermann Beyer annonça la mort de Müller. Voici, très condensé dans cette version française, le passage d’un entretien tiré de ce Müller fait du théâtre où Martin Wuttke raconte comment le heurt de deux personnalités peut donner naissance à une scène d’anthologie. Après Bernhard Minetti, Martin Wuttke a eu pour partenaire Marianne Hoppe, puis quatre autres acteurs de l’Ensemble. Il affronte maintenant dans cette scène du Vieux Comédien Jürgen Holtz que les spectateurs du Théâtre de la Ville ont pu applaudir dans les rôles de Peachum dans L’Opéra de quat’sous et de Schigolch dans Lulu. Le 24 septembre 2012, le Berliner Ensemble donnera au Théâtre de la Ville la 388e représentation d’Arturo Ui dans la mise en scène de Heiner Müller.Michel Bataillon

La résistible ascension d’Arturo Ui - Berliner ensemble
La résistible ascension d’Arturo Ui - Berliner ensemble © Barbara Braun
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.