Celui qui marche sur la tête, mesdames messieurs, il a le ciel en abîme sous lui.Nicolas Bouchaud et Éric Didry mettent en lumière, au Théâtre du Rond-Point, les mots fulgurants du Méridiende Paul Celan, l’un des plus grands poètes européens, dont l’art et le verbe se dressent en rempart contre l’oubli et l’indifférence.

Le méridien Nicolas Bouchaud
Le méridien Nicolas Bouchaud © Jean Louis Fernandez

Il naît en Roumanie en 1920, dans une famille juive où on parle allemand. Paul Celan a vingt-deux ans quand ses parents sont déportés, quand il est condamné aux travaux forcés. Il part plus tard pour Bucarest, Vienne et Paris. Il traduit Char , Michaux , Shakespeare . Il reçoit en 1960 le Prix Büchner et prononce à cette occasion son discours Le Méridien. À travers le théâtre de Büchner, il livre alors ce qu’il perçoit de l’art et de l’acte poétique. « Je ne vois pas de différence entre une poignée de main et un poème », écrivait-il. Avril 1970, après plusieurs périodes d’internement, il se jette dans la Seine. On aurait retrouvé, dans l’une de ses poches, des billets pour une représentation de En attendant Godot de Beckett .

Le Méridien
Le Méridien © Jean Louis Fernandez

AuRond-Point , Nicolas Bouchaud et Éric Didry ont créé La Loi du marcheur , d’après les entretiens de Serge Daney , puisUn métier idéal d’après l’écrivain John Berger et le photographe Jean Mohr . Ils saisissent une fois encore, avec Le Méridien, un texte non destiné à la scène. Ils mettent en lumière les mots sombres et fulgurants de celui que l’on considère comme l’un des plus grands poètes européens. Ils agrippent la « contre-parole » d’un poète qui a fait le choix d’écrire dans une langue qui était à la fois celle de sa mère et de ses bourreaux. Sa poésie, comme ressaisissement du sujet face à la barbarie, se dresse en rempart contre le temps, l’oubli, le déni, l’indifférence.

Pierre Notte

Le Méridien
Le Méridien © Jean Louis Fernandez

Distribution

un projet de et avec : Nicolas Bouchaud d’après Le Méridien de : Paul Celan mise en scène : Éric Didry traduction : Jean Launay, Irène Bonnaud adaptation :Nicolas Bouchaud, Éric Didry, Véronique Timsit collaboration artistique : Véronique Timsit lumière : Philippe Berthomé scénographie : Élise Capdenat son :Manuel Coursin régie générale : Ronan Cahoreau-Gallier

Mentions de production

production hTh – Centre dramatique national de Montpellier, coproduction Théâtre National de Strasbourg, Festival d’Automne à Paris, Le Domaine d’O / Montpellier, Compagnie Italienne avec Orchestre, Théâtre du Rond-Point, texte publié aux éditions du Seuil

Aller plus loin

Nicolas Bouchaud dans L'Humeur vagabonde de Kathleen Evin (09/06/15)Nicolas Bouchaud dans Studio Théâtre de Laure Adler (05/06/15)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.