OPÉRA-COMIQUE de Ferdinand Hérold en trois actes sur un livret d’Eugène de Planard, d’après Chronique du règne de Charles IX de Prosper Mérimée. Créé à l’Opéra Comique le 15 décembre 1832.

La première saison de l’Opéra Comique confié à Jérôme Deschamps avait permis la résurrection de Zampa . Voici en conclusion de mandat – et afin d’avoir programmé autant de Hérold que de Bizet ou de Poulenc ! – l’autre chef-d’œuvre de ce romantique qui excellait à conjuguer les goûts de son temps.

Modèle desHuguenots de Meyerbeer, inspiré de l’unique roman de Mérimée et du style troubadour, voici l’ouvrage qui, quoiqu’ayant causé la mort de son compositeur, resta le plus longtemps au répertoire de l’Opéra Comique, avec plus de 1600 représentations jusqu’en 1949 !

Paul McCreesh et Éric Ruf s’emparent de cette peinture haute en couleur des journées qui précédèrent la Saint-Barthélemy. Le délicat équilibre entre comédie et drame repose sur des personnages secondaires truculents et une action pleine de rebondissements, tandis que la partition brille par sa variété, son inspiration mélodique, sa somptueuse orchestration et la vocalité la plus brillante.

Introduction à l’œuvre par Agnès Terrier 40 minutes avant chaque représentation. Durée : 2h30 environ, entracte compris

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.