Molière réinventé par Antoine Vitez est à nouveau à l'honneur avec Gwenaël Morin au Théâtre de Nanterre, Les Amandiers .

Les Molière de Vitez
Les Molière de Vitez © Pierre Grosbois

En 1978, Antoine Vitez avait monté quatre pièces de Molière au Festival d’Avignon avec de jeunes comédiens dans un décor unique. Plus de trente ans après, Gwenaël Morin a choisi ces mises en scène comme matériau pour travailler avec des élèves acteurs de Lyon. Très vite, il s’est éloigné du modèle original mais a gardé Molière comme une formidable machine à jouer, pour sa « puissance fondamentale de produire du théâtre », son écriture « simple précise et efficace qui rend génial ». Molière comme « espace public symbolique » et non pour ce que raconteraient prétendument ses textes du monde contemporain. L’École des femmes, Tartuffe, Dom Juan et Le Misanthrope sont des pièces problématiques de l’oeuvre de Molière , des pièces de crise sujettes à polémiques. L’enchaînement des quatre dans l’ordre d’écriture met en exergue les archétypes et la similitude de certains caractères ou situations. La distribution s’est faite au hasard, par tirage au sort, sans tenir compte des rôles d’hommes ou de femmes, des personnages principaux ou secondaires. Qu’il monte des auteurs classiques ou contemporains comme Fassbinder ou Peter Handke , Gwenaël Morin centre son travail sur l’acteur et ne s’encombre pas de décors ni de costumes. Les Molière de Vitez n’ont pas l’ambition de produire un discours inédit sur Tartuffe ou Le Misanthrope mais de les réactiver le mieux possible, tels quels.Sophie Joubert , journaliste

Les Molière de Vitez
Les Molière de Vitez © Pierre Grosbois

Cycle composé de quatre spectacles

  • L’École des femmes
  • Tartuffe ou l’Imposteur
  • Dom Juan ou le Festin de Pierre
  • Le Misanthrope ou l’Atrabilaire amoureux

Les Molière de Vitez Texte de Molière Mise en scène de Gwenaël Morin Assistant à la mise en scènePhilippe Mangenot

Avec Michaël Comte, Marion Couzinié, Lucas Delesvaux, Chloé Giraud, Pierre Laloge, Benoît Martin, Julien Michel, Maxime Roger, Judith Rutkowski, Thomas Tressy

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.