mise en scène Thomas OstermeierAvec Eric Caravaca, Valérie Dréville, Jean-Pierre Gros, François Loriquet et Mélodie RichardThomas Ostermeier, metteur en scène allemand, a été très remarqué dès le début de sa carrière à la Baracke am Deutschen Theater à Berlin. Depuis 1999, il est directeur artistique de la Schaubühne am Lehniner Platz berlinoise.Artiste reconnu à l’échelle mondiale,Thomas Ostermeier a monté des pièces aussi prestigieuses qu’appréciées. Il a fait de Henrik Ibsen son auteur phare , à travers la mémorable Nora, en tournée sur 5 continents durant plus de 5 saisons, ou encore Hedda Gabler, Baumeister Solness, et dernièrement L’Ennemi du peuple.Sa future création Les Revenants de Henrik Ibsen, promesse d’une véritable mise en scène de l’intime, est garante d’un jeu d’acteurs radical et pénétrant. Thomas Ostermeier va disséquer chaque personnage, le mettre en situation, en état de suggestion, le confronter à son ressenti, ses émotions refoulées, sa perversité et sa sensualité. Ce théâtre de l’intime est une introspection sur les ambiguïtés de chacun, un regard à la fois intrusif et abusif, qui fera surgir les réelles intentions (mobiles) de chacun.

Rien de lisse ni de transparent dans cette dramaturgie scandinave qui use d’un biais extérieur à la subjectivité, un miroir tendu au moi par le truchement d’un autre. Idée habile que ce détour par l’interlocuteur pour capter les zones d’ombre d’un moi insaisissable et spectral.Pour Henrik Ibsen, fondateur du réalisme moderne , Les Revenants raconte l’histoire d’une famille poursuivie par des spectres, témoins d’un secret dissimulé qui hante le corps et la conscience au point de les détruire. Ce monde fantomatique manifeste un état de crise sans le réduire à une étiquette pathologique. Plus qu’un symptôme de névrose, c’est un imaginaire très dense qui est mis en scène. Ces apparitions spectrales conduisent à un discours plus proche de la visionillusionniste que de l’expérience clinique.

Les événements observables sur scène ne constituent pas l’essentiel de cet univers complexe. Au moment où s’amorce le dialogue, la crise est déjà inéluctable, le drame enclenché et la catastrophe imminente. Le tragique naît donc moins de l’environnement social des personnages que de la tension des regards échangés entre eux.Un drame familial intime qui touche au coeur de l’esprit du XIXème siècle

La tournée

Les 6 et 7 mai - L’Hippodrome, Scène nationale de DouaiDu 15 au 17 mai - Le lieu unique - Scène nationale de NantesDu 23 au 24 mai - Maison des Arts - Thonon-EvianDu 29 au 30 mai - Théâtre de Cornouaille - Scène nationale de QuimperDu 5 au 7 juin - Théâtre de CaenDu 12 au 14 juin - Printemps des comédiens - Montpellier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.