Avec une constance sans faille, Maguy Marin pourfend les tourments de notre époque.

Ligne de Crête
Ligne de Crête © Peter Thompson

Chorégraphe indignée et résolument engagée, Maguy Marin traque les servitudes qui piègent les horizons et entravent les espérances. Dans la continuité de sa pièce précédente, Deux mille dix-sept, elle reprend avec Ligne de crête le chemin de la dénonciation qu’elle met en mots et en corps « pour retrouver la capacité à nous refaire un régime de désir ». 

Contre les soumissions et les inerties que provoque la domination capitaliste, Maguy Marin poursuit, dans le jeu de la communauté chorégraphique, la quête d’un art qui puisse réveiller et affecter, en invitant à imaginer d’autres possibles. 

Avec son parcours étincelant, Maguy-la-rebelle n’est pas du genre à accepter de « vivoter dans la vitalité diminuée » !

Jean-Marc Adolphe

Se tenir debout, pas à pas, et cheminer sur une ligne de crête entre deux dangereux versants, violence des dysfonctionnements institutionnels et violence des passions des hommes « tels qu’ils sont et non tels qu’on voudrait qu’ils fussent » 2, déplier l’inclinaison à percevoir, sentir, faire et penser d’une certaine manière, intériorisées et incorporées par chaque individu au travers de ses affects, « renoncer à ce qu’on a appris à aimer » 3. Voilà l’effort que nous devrons mettre en œuvre pour retrouver la capacité à nous refaire un régime de désir autre que celui qu’a instauré patiemment le capitalisme et son rejeton infâme le néolibéralisme. Un processus de libération.

Maguy Marin

► Distribution

  • Conception et chorégraphie : Maguy Marin Compagnie Maguy Marin
  • En étroite collaboration et avec Ulises Alvarez, Françoise Leick, Louise Mariotte, Cathy Polo, Ennio Sammarco, Marcelo Sepulveda
  • Lumières : Alexandre Béneteaud
Ligne de Crête
Ligne de Crête / Théâtre de la Ville
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.