Une apparition. Quand Ludmila Mikaël entre dans un studio, elle sourit, s'exprime et rit d'un rire franc et massif. Elle est la grâce incarnée, aussi belle que dans les années 80, quand Antoine Vitez la distribuait notamment dans "le Soulier de Satin", de Claudel. Aujourd'hui, la comédienne est Claire Lasne dans "l'Amante" anglaise de Duras, au théâtre de la Madeleine, à Paris.Ludmila Mikaël est trop rare. Absente des planches depuis neuf ans, des seconds rôles au cinéma, pourquoi? Cependant, l'actrice n'exprime aucune aigreur. Elle reconnaît les bienfaits de cette pause. Au moins, elle n'a plus connu le stress des fins d'après-midi pendant neuf ans! Elles sont d'ailleurs nombreuses, les comédiennes, à exprimer cette angoisse du plateau. Juliette Gréco, 84 ans, avoue ne pas se calmer avec le temps. D'autres se demandent si cette terreur ne les obligera pas à arrêter le métier. Il y aurait un livre à écrire sur cette peur là. Celle qui ronge, terrifie, accable et tombe quand le corps parvient s'élancer sur le plateau. Un livre, avec du son (des témoignages) et des photos ?

duras
duras © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.