Olivier Py
Olivier Py © Radio France / Stéphane Capron

Cela ne s'arrange pas sur le front des festivals. Le personnel du Festival d'Avignon a voté une grève pour le jour de l'ouverture, le 4 juillet.

Les intermittents accentuent la pression juste avant le démarrage des festivals d'été. Après le Printemps des Comédiens qui est en grève depuis la semaine dernière, le personnel du Festival d'Avignon a mis son poids dans la balance en "exigeant" que le ministre du Travail, François Rebsamen, n'agrée pas l'accord sur les nouvelles règles d'indemnisation des chômeurs signé par le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC).

À l’issue d'une réunion hier soir avec le directeur du Festival Olivier Py et la Maire PS d'Avignon, Cécile Helle, ils ont clairement énoncé leurs intentions dans un communiqué :

Si l’Etat devait agréer l’accord du 22 mars, nous nous réservons la possibilité d’appliquer notre droit de grève dès le 4 juillet et le gouvernement en assumera les conséquences (…) Ce désaveu marque une rupture avec les positions soutenues par le Parti socialiste concernant les enjeux de la culture dans notre société et notre quotidien.

Olivier Py les soutient dans leur action. Il avait déjà écrit en ce sens à François Rebsamen le 27 mai. Aujourd'hui il estime qu'une annulation du Festival serait plus lourde encore que celle de 2003.

Je pense qu'il fraudrait multiplier les conséquences par trois ou quatre. Ce serait terrible pour les finances du Festival et l'on mettrait des années à s'en remettre. L'espoir et le désespoir s'entremêlent de minutes en minutes pour tour le monde

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.