Dans "Le Grand Atelier" de Vincent Josse dont il est l'invité ce dimanche, Denis Podalydès rend hommage à Michel Bouquet.

 Michel Bouquet lors des répétitions du "Malade imaginaire" de Molière en septembre 2008 au Théatre de la porte Saint-Martin à Paris l
Michel Bouquet lors des répétitions du "Malade imaginaire" de Molière en septembre 2008 au Théatre de la porte Saint-Martin à Paris l © AFP / Stéphane de Sakutin

Denis Podalydès / Michel Bouquet. Deux générations de comédiens, unis par la même passion du métier, la même exigence d'acteur. Hasard du calendrier, c'est aussi Molière qui les unit en cette rentrée. Podalydès met actuellement en scène Les Fourberies de Scapin de Molière à la Comédie Française. Alors qu'à quelques rues de là, au théâtre de la Porte Saint-Martin Michel Bouquet joue Tartuffe sous la direction de Michel Fau.

Denis Podalydès fut l'élève de Michel Bouquet au Conservatoire National d'Art Dramatique dans les années 80. C'est lui qui a formé le jeune comédien. C'est de lui que Podalydès a tiré les bases de son travail d'acteur. Dont celui d'être terne, de consentir à être quelqu'un de pas très intéressant, n'ayant un avis sur rien, pour être tout entier dans le personnage.

Des personnages hauts en couleur, atrabilaires ou extravertis, risibles ou tendres, le théâtre de Molière n'en manque pas. Denis Podalydès, aujourd'hui sociétaire de la Comédie Française, le sait bien, lui qui fut Octave, Alceste, Harpagon, Philinte, Cléante....
Devenu metteur en scène en scène en 2006 avec Cyrano de Bergerac, et après avoir proposé une mise en scène ébouriffante du "Bourgeois gentilhomme" en 2012, il s'attaque aujourd’hui aux Fourberies de Scapin, l'une des pièces les plus populaires de Molière. Il dirige dans le rôle-titre Benjamin Lavernhe.

Et pour cette mise en scène, Podalydès se souvient au micro de Vincent Josse des conseils de son maître de théâtre Michel Bouquet :

Molière, il faut le jouer en gueulant ! (...) C'est de la tragédie, c'est du tréteau !

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.