Olympe de Gouges
Olympe de Gouges © Radio France

« Terreur-Olympe de Gouges » permet de mettre en lumière la personnalité de cette femme visionnaire. La pièce, mise en scène par Sylvie Pascaud, lève un voile sur cette femme hors du commun qui a été guillotinée en 1793.

C’est un spectacle précis et documenté qui permet de mieux connaître l’histoire de cette femme d’exception. Le texte d’Elsa Solal est certes très fragmenté, plus proche du collage documentaire que de l’écriture dramatique, mais la mise en scène épurée donne de la vie au spectacle qui repose en grande partie sur le jeu maitrisé de l’actrice. Anne-Sophie Robin tient son rôle entre émotion et conviction.

La pièce débute au moment de la fin de sa vie. Ce sont ses dernières heures avant l’ultime châtiment infligé par la Terreur. Ralliée aux Girondins et aux républicains, Olympe de Gouges a eu le tort de s'en prendre à Marat et Robespierre. Celle qui fréquenta les salons, monta sa propre troupe de théâtre (on entend à ce propos dans le spectacle des propos odieux du comédien Fleury de la Comédie-Française) a été de tous les combats d’avant-garde : de la condition des noirs aux réformes sociales en passant par sa fameuse "Déclaration des droits de la femme" inspirée de celle des droits de l'Homme de 1789 mais rejetée par les législateurs.

Sylvie Pascaud travaille sur son projet depuis deux ans, bien avant le déchainement médiatique autour de la personnalité d’Olympe de Gouges :

Elle abhorrait la peine de mort et finira la tête tranchée. "La femme a le droit de monter sur l'échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune ", lance Anne-Sophie Robin dans un dernier souffle. Sa prestation est impeccable.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.