(ou l’enfant qui ne voulait pas grandir)

en partenariat avec le Festival d'Automne

deJames Matthew Barrie traduit en allemand par Erich Kästner mise en scène, décors, lumièreRobert Wilson musique Cocorosie

Tableaux enchanteurs

Qui ne connaît l’histoire de Peter Pan, l’enfant qui entend bien le rester ? Robert Wilson s’en empare avec le concours, pour la musique et les « songs », de deux adorables sirènes (les soeurs Bianca et Sierra Casady, qui forment le duo Cocorosie ). Il en donne une version bilingue (anglais et allemand) littéralement inoubliable. Son Peter Pan est un long jeune homme, qui tient plus de David Bowie que du bambin joufflu. Les acteurs du berliner ensemble, tous virtuoses émérites, prennent un malin plaisir à habiter le Pays de Nulle Part, où sévit le terrible capitaine Crochet, où bâille le méchant crocodile qui donne l’heure et où les Peaux-Rouges côtoient la bande des Enfants perdus en perpétuelle demande de mères, tandis que la vibrionnante fée Clochette électrise son monde et qu’on voyage sur des nuages poussés à bras… La succession de tableaux enchanteurs vous méduse et amuse dans l’âme, faisant de cette comédie musicale un conte pour adultes exquisément pervers et polymorphe.J.-P. L.

Peter Pan

Peter Pan / Berliner Ensemble – Bob Wilson
Peter Pan / Berliner Ensemble – Bob Wilson © Lucie Jansch

« À l’époque où j’allais à l’école, je n’étais doué en rien de particulier. Je n’étais pas particulièrement bon élève. Je n’arrivais pas à imaginer ce que j’allais faire un jour. Donc c’est plutôt le hasard qui m’a mené au théâtre. Je n’ai pas étudié le théâtre, ça s’est passé comme ça… Peut-être que c’est arrivé, parce que j’ai toujours préféré vivre dans mon propre univers… Le théâtre éstait un moyen de m’introduire dans un autre monde et de vivre dans ce monde. Je n’avais plus besoin de me battre avec le quotidien.Je ne pense pas avoir vécu les mutations habituelles du passage de l’enfance à l’âge adulte, ça s’est passé autrement… Baudelaire dit : « Le génie c’est l’enfance retrouvée à volonté. » « Ma première pièce, je l’ai écrite pour un garçon sourd, Raymond Andrews, qui n’est jamais allé à l’école, et je voulais savoir comment il voyait le monde. Il n’a jamais été à l’école, il ne connaissait pas de mots ; il était sourd. Alors j’ai compris ce qui se passait en lui : il obéissait à des signes et signaux visuels, et j’ai ainsi appris un langage complètement différent grâce à lui. J’ai commencé à comprendre qu’il savait des choses que j’ignore. Nous n’étions pas dans la même situation, car il regardait les choses autrement que moi : j’étais par exemple très occupé par tout ce que j’entendais. C’est pourquoi il me fascinait tout simplement. Et Christopher Knowles, un autre garçon dont je m’occupais et qui a fini par habiter chez moi, était autiste. Il fréquentait une école destinée aux enfants souffrant de lésions cérébrales, mais il s’intéressait beaucoup aux mathématiques et à la géométrie, et il inventait des langues plutôt abstraites. Ses pensées étaient organisées comme un système mathématique. Et moi de mon côté, j’étais très fasciné par son langage que j’ai commencé à apprendre. »

Peter Pan / Berliner Ensemble – Bob Wilson
Peter Pan / Berliner Ensemble – Bob Wilson © Lucie Jansch
C’est ainsi que le metteur en scène américain Robert Wilson décrit dans une interview son propre regard sur l’enfance qui est, pour lui, le point de départ de tout travail artistique. Dans sa mise en scène de l’histoire de James Matthew Barrie traitant de l’enfant éternel Peter Pan, qui ne veut pas grandir, Wilson raconte la fuite dans un autre monde obéissant à ses propres lois. **Avec le personnage de Peter Pan, l’auteur dramatique écossais Barrie a créé, au début du XXe siècle, un des mythes éternels de l’époque moderne.** Peter Pan, l’enfant mal aimé et orphelin de mère ne peut s’offrir son existence d’aventure en liberté absolue que grâce à une inaccessibilité proche de l’autisme.Ce n’est qu’une fois dégagé de toute attache, de tout souvenir, qu’il peut décoller et voler. Dans son royaume, « Mourir sera peut-être la plus grande aventure »…Peu de textes ont autant influencé l’imagination de générations entières que le voyage magique et onirique au Pays imaginaire de Barrie. L’homme de théâtre Robert Wilson, originaire du Texas, transforme cet univers rocambolesque avec ses lagunes, ses pirates, ses Indiens, ses sirènes et enfants volants en un monde suggestif d’images et de sons créé par les comédiens et musiciens du Berliner Ensemble.Pour Peter Pan, Robert Wilson a collaboré étroitement avec les deux musiciennes américaines bianca et sierra casady, deux soeurs qui forment ensemble le groupe **Cocorosie** . **Pour Peter Pan, elles ont écrit des chansons merveilleuses spécialement pour les comédiennes et comédiens du berliner ensemble, accompagnés par un orchestre de neuf musiciens.**
Peter Pan / Berliner Ensemble – Bob Wilson
Peter Pan / Berliner Ensemble – Bob Wilson © Lucie Jansch
La première collaboration de Robert Wilson avec le Berliner Ensemble remonte à loin: en 1998, Wilson y a déjà créé Le Vol au-dessus de l’océan de Brecht en associant des textes de Heiner Müller et Dostoïevski. La même année, il a créé La Mort de Danton de Büchner (dans une coproduction avec le Festival de Salzbourg).Depuis qu’il a pris la direction du Berliner Ensemble en 1999, Claus Peymann a réussi à convaincre Wilson de collaborer régulièrement avec ce théâtre. Ainsi, le Berliner Ensemble est entre-temps devenu l’un des repaires artistiques du metteur en scène américain. En collaboration avec la metteur en scène adjointe Ann-Christin Rommen, le costumier Jacques Reynaud et la dramaturge Jutta Ferbers, il y a créé Le Conte d’hiver de Shakespeare (2005), Léonce et Léna de Büchner (musique de Herbert Grönemeyer) (2003) et Les Sonnets de Shakespeare (musiquede Rufus Wainwright) (2009).Après L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill (2009) et Lulu d’après Frank Wedekind avec des chansons de Lou Reed (2011), **Peter Pan est la troisième collaboration de Robert Wilson avec le Berliner Ensemble** qui sera présentée au Théâtre de la Ville lors du Festival d’Automne à Paris.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.