Oui, parfaitement. L’amour est le nom qu’il faut. Une femme et ses silhouettes, ses spectres, ses désirs, ses deuils, ses âges et ses histoires. Elle naît princesse, devient vieille reine. Le temps qui passe la décuple en cent portraits. Pascal Quignard écrit Princesse Vieille Reine pour Marie Vialle, une série de contes, une suite de sonates. L’écrivain et l’actrice composent ensemble une parole poétique, avec mouvements musicaux, autonomes mais cohérents. Evocations, rêveries, suspensions du temps. Portraits et paysages, allegros, lentos, sarabandes et rondos. C’est un ensemble peuplé de fantômes, d’animaux, de visages, de voix et de chants.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.