Il est beau, c'est vrai, James Thierrée, sur scène et dans la vie. Belle gueule, aimable et joyeux, les cheveux poivre et sel comme sa barbe, il affiche une trentaine à la fois sage et fougueuse. Elevé au cirque et au théâtre, le fils de deux grands poètes de la scène, Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée, a créé sa compagnie en 98 pour proposer un premier spectacle, la "Symphonie du Hanneton", avec des acrobates, musiciens, magiciens, comme lui. Le succès est venu après une tournée de trois ans qui a permis au spectacle de prendre sa mesure, en modifiant les tableaux, en améliorant des effets d'illusion. Au début des années 2000, la France et l'étranger ont adopté cet artiste qui fait exploser les catégories. Dire que James Tierrée a fait entrer le cirque au théâtre est réducteur, incomplet. Dans "Raoul", actuellement au théâtre de la Ville à Paris et plus tard en tournée, l'artiste met le pied sur scène et la scène, alors, se métamorphose. Les grands draps blancs qui formaient les voiles d'un radeau de la méduse deviennent aussitôt un espace qui révèle une sorte d'habitation primitive constituée de longs tubes métalliques. Dans ce tipi façon Mad Max, l'homme va vivre seul, parfois dérangé par d'étranges présences animales (incroyable bestiaire conçu par sa mère et actionné par des artistes), et surtout confronté à la présence mystérieuse de son double, "Raoul". James Thierrée passe du burlesque (si naturel chez lui, comme si le grand-père Charlie Chaplin avait transmis un gène) à la sauvagerie. Il danse, se jette au sol ou escalade les tuyaux en métal, il mime un cheval (clin d'oeil à Bartabas?) ou un orang-outan quand ce qui se passe lui inspire une démarche animale. Au fond, ce personnage ne sait pas qui il est et se laisse embarquer dans des divers états. Quand enfin il peut s'échapper de cet univers clos, il s'élève dans les airs. Thierrée répète ces vols à volonté dans chaque spectacle. Icare d'aujourd'hui, il use de la machinerie du théâtre pour défier l'apesanteur et nous emmener avec lui, très haut, à la fin d'un spectacle magnifique.

vj
vj © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.