d’après Chroniques de la Montagne de Alexandre Vialattemise en scène Charles Tordjmanavec Christine Murillo, Julie Pilod et Dominique Pinon

L’homme n’est que poussière… c’est dire l’importance du plumeau ! Alexandre Vialatte

Pendant près de 20 ans , le romancier et journaliste Alexandre Vialatte (1901-1971) se livre à l'exercice délicat de la chronique, genre littéraire qu'il réinvente. À petits coups de griffes, avec un air de ne pas y toucher, il déploie dans chacune de ses chroniques tout un art de l'absurde, qui inspirera Pierre Desproges, et égratigne avec humour et tendresse les petits travers de ses contemporains. En écho aux -parfois faussesurgences de l'actualité, il flâne et parle de tout, sauf de politique ; pièces de théâtre, proverbes, tics de langage ou particularités régionales sont passés à la moulinette de sa verve caustique et loufoque, et prennent souvent un tour poétique.Sur scène, Christine Murillo, Julie Pilod et Dominique Pinon s'emparent avec gourmandise de cette langue virtuose bien pendue et nous restituent toute la brillante intelligence, et l'insatiable curiosité du chroniqueur. Un exercice salutaire pour mieux rire de nous-mêmes!900 chroniques sont parues dans le journal La Montagne de 1952 à 1971.

Résumons-nous, la semaine a été désastreuse
Résumons-nous, la semaine a été désastreuse © Mario Del Curto

Un héritier de Vialatte

Je le répète une fois de plus à l’intention des étudiants en lettres qui commencent à savoir lire dès l’âge du permis de conduire, on peut très bien vivre sans la moindre espèce de culture.Moi-même, je n’ai pas mon permis de conduire, eh bien ça ne m’a jamais empêché de prendre l’autobus. D’ailleurs, si vous n’êtes pas capable de vous priver d’un seul épisode de Dallas pour lire un chapitre des chroniques de Vialatte, dites-vous bien que ça ne vous empêchera pas de mourir d’un cancer un jour ou l’autre. Pierre Desproges

Extraits de Chroniques de La Montagne

Chronique du temps et des écrevisses (…) Quant à la peste de l'écrevisse, c'est une nouvelle qui nous vient de la Côte-d'Or. Les écrevisses de Pontarlier ont pris la peste. Leur corps devient mou, leurs pattes s'arrachent. M. Gros, garde fédéral, en a apporté plusieurs à Paris pour les montrer. C'est un spectacle abominable. Mais il ne faut pas s'en alarmer. La peste de l'écrevisse ne contamine pasl'homme.On n'a observé qu'un seul cas de pestiféré par l'écrevisse. Au Moyen Âge. En 1367. Il s'agissait d'un avaleur de sabres et de couteaux à découper. Il était devenu mou et ses pattes s'arrachaient. (…)Chronique du confort et de l'ennui Aux dernières nouvelles, l'homme s'ennuie. Surtout en Hollande et en Suisse. Où il a cependant toutes sortes de fromages. Qu'il ripoline le soir et qu'il lave le matin pour orner des vitrines brillantes. Mais enfin il s'ennuie parmi sa propreté. (…) Notre civilisation ne cesse pas d'évoluer vers plus de confort et plus d'ennui. L'inconfort préservait de l'ennui. Dans le confort il faudra qu'on s'adapte.

Résumons-nous, la semaine a été désastreuse
Résumons-nous, la semaine a été désastreuse © Mario Del Curto
**Zigzags de l'homme** L'homme vient du singe, dit-on, et il va au cimetière. Telle serait sa zoologie.Que fait-il en chemin ? De tout. Des zigzags, l'école buissonnière. Il se gratte le nez, il se lave les pieds, il fait empailler ses ministres, il accroche des morts aux sonnettes, une fois il a déterré le pape ; pour le juger ; le pape avoua tout ce qu'on voulait (c'était le pape Formose ; en l'an 896) ; sur quoi on le jeta au Tibre après lui avoir coupé les doigts ; le nouveau pape en mourut de honte, étranglé par des repentis. On voit par là que l'homme venu du singe, y retourne assez volontiers. ### **La tournée** - le 3 décembre 2013 au Théâtre Jean Arp – Clamart - Les 6 et 7 décembre 2013 aux Escales de Clermont-Ferrand- du 17 au 20 décembre 2013 au Théâtre de la Manufacture, Centre dramatique national de Nancy - Le 17 janvier 2014 à la Scène Nationale de Sète / les 28 et 29 janvier 2014 au Grand Théâtre de Luxembourg - du 4 au 7 février 2014 à la Comédie de Picardie, Scène Conventionnée d’Amiens
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.