Il en va de certaines pièces comme de certains livres ou de certaines musiques : elles deviennent culte avec le temps.Rouge décanté de Jeroen Brouwers mise en scène par Guy Cassiers et adaptée par Guy Cassiers , Dirk Roofthooft et Corien Baart est de celles-là.

Créée voilà plus de dix ans, reprise chaque année à Anvers où des fidèles reviennent la voir comme on ferait un pèlerinage, elle a été jouée sur les scènes du monde entier. Elle est programmée pour la première fois à Paris, au Théâtre de la Bastille.

Rouge décanté
Rouge décanté © Théâtre de la Bastille

Au départ, il y a un livre écrit par Jeroen Brouwers , écrivain néerlandais curieusement méconnu en France. Rouge décanté relate les souvenirs de l'auteur, qui, enfant, fut enfermé avec sa mère, sa grand-mère et sa sœur dans un camp d'internement japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce texte douloureux et puissant, qui raconte un pan de l'histoire longtemps resté occulté, Jeroen Brouwers relate l'horreur de ce qu'il a vu, mais plus encore l'état d'un enfant qui absorbe ce qu'il voit sans comprendre, et les conséquences que cela a sur sa vie d'adulte. Il dépeint comment une part de lui est restée là-bas, dans les camps, brisant sa relation à sa mère puis aux femmes, entravant son accès aux émotion. Comme l'affirme Guy Cassiers « c'est une ode à la survie par l'imagination et aussi, malgré la haine qu'il affirme, une ode à sa mère ».

Pour transposer ce récit sur scène, Guy Cassiers a comme souvent utilisé les ressources du son et de la vidéo, qui chez lui viennent amplifier l'émotion et l'humanité des êtres, installant une forme d'intimité et invitant à imaginer ce qu'on ne voit pas.

Rouge décanté
Rouge décanté © Théâtre de la Bastille

Rouge décanté parvient ainsi à créer sur scène l'espace mental de cet homme, un homme morcelé, démultiplié par les caméras qui le filment au plus près, toile d'araignée dans laquelle il se débat. Il s'agit ici d'entrer physiquement dans sa mémoire, dans sa chambre intérieure. « Je voulais que tout l'espace devienne la personne, que les spectateurs ne soient pas seulement passifs et dans l'écoute d'une autre personne mais qu'ils entrent vraiment dans la vie de cet homme » explique Guy Cassiers .

Ici les techniciens (lumière, caméra, son) sont comme les musiciens de jazz accordant leurs instruments sur celui de Dirk Roofthooft , prodigieux dans ce rôle qu'il joue aussi bien en flamand qu'en anglais, français ou espagnol. Passant par tous les âges, jouant l'enfant de cinq ans comme l'homme mûr, l'acteur flamand livre une interprétation sidérante. « Se mettre à nu, c'est le minimum pour espérer créer un miracle. Dans Rouge décanté, il faut faire autant attention à ce que le personnage ne veut pas dire qu'à ce qu'il veut dire. Il faut que j'invite au silence », livre-t-il.

D'une grande intensité, Rouge décanté descend profondément, comme en apnée, dans la noirceur et la cruauté humaine, mais invite dans le même temps à un voyage bouleversant, d'une très grande beauté.L.D (source Théâtre de la Bastille )

Distribution

Mise en scène Guy Cassiers D’après le roman de Jeroen Brouwers Adaptation Guy Cassiers, Dirk Roofthooft, Corien Baart Dramaturgie Corien Baart et Erwin Jans Décor, vidéo et lumières Peter Missotten (de Filmfabriek) Réalisation vidéo Arjen Klerkx Décor sonore Diederik De Cock Costumes Katelijne Damen Assistante à la mise en scène Hanneke Wolthof Accessoires Myriam Van Gucht Conseillère à la langue française Coraline Lamaison Traduit du néerlandais par Patrick Grilli. Production Toneelhuis (Anvers), Ro Theater (Rotterdam)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.