Au coeur de Ruy Blas résonne un aveu encore anonyme à valeur de paradigme : « Ver de terre amoureux d’une étoile ». Comment l’entendre ? En conte de fée : un valet aime la reine et devient son premier ministre. En mélodrame : deux coeurs purs saisis d’amour fou succombent à un serpent machiavélique. En tragédie sociale : malgré sa valeur, un prolétaire meurt victime de la tyrannie des Grands. En comédie de l’aliénation : puisque le titre seul fait la valeur, un laquais ne peut faire (re)connaître son talent qu’en se faisant passer pour noble. En drame romantique : puisque l’homme du peuple a le génie pour couronne, sa place n’est plus dans les marges ou les bas-fonds, mais au sommet de la société. De fait, avant la Révolution Française, sous l’Ancien Régime, la naissance assignait une condition au point de signer un destin. Les ordres ne se transgressaient pas (ou peu), et chacun était fils de sa classe – autant dire, pour l’homme de la rue, fils de personne. Mais si la lignée disait l’essentiel – bon sang ne saurait mentir -, elle ne déterminait pas tout : le nom imposait le renom. Au gentilhomme de tenir son rang, de se montrer digne de son sang, de confirmer par ses actes son essence supérieure. Faute de quoi, l’homme de qualité tombait dans la déchéance. Et sans nul doute, contrepoint de cette descente aux enfers de la bonne société, le mouvement inverse, ascensionnel, était-il lui aussi réalité. Dans le droit fil des affranchis antiques, des annoblis médiévaux et des parvenus classiques, le roturier moderne pouvait bien, par une extraordinaire industrie et à la faveur d’une grâce inouïe, s’élever pour atteindre les sommets du grand monde et du pouvoir. Telle fut la destinée de maints favoris, à la Cour des Habsbourg ou des Bourbons.Mais dans cette galerie des hommes d’exception, hissés hors de leur condition à la force de leur extrême singularité, Ruy Blas fait figure d’archétype révolutionnaire. (…) Bien qu’advenue en ce dix-neuvième siècle croissant, la Révolution Française reste encore à réaliser – Français, encore un effort et vous serez républicains – 1848 n’est pas loin. Aux antipodes de Musset, pour qui l’Histoire n’a aucun sens, la Révolution aucun espoir, l’action aucune portée et le peuple aucune existence, quatre ans après Lorenzaccio, Hugo fait surgir, sur la scène agonisante de la monarchie et les ruines de la tyrannie, le héros du peuple en marche vers l’avenir. « Ver de terre amoureux d’une étoile » : d’une contradiction jadis insurmontable, la dialectique hugolienne crée une dynamique révolutionnaire qui, par l’éclair du génie et l’élan d’amour, permet le dépassement de la fatalité sociale, la transmutation des valeurs et l’espérance d’un progrès historique. Désormais, pour être un héros souverain, régnant sur les coeurs et sur ses sujets, un valet n’aura plus à se prétendre grand seigneur. Il pourra quitter l’imposture et l’anonymat pour assumer, à travers son nom, son identité : Ruy Blas – « Merci ! ».

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.