de Thomas Bernhard , mise en scèneClaus Peymann, décor & costumesKarl-Ernst Herrmann avecBerliner ensemble / une coopération avec le Burgtheater Vienne

Bonjour vieillesse

Histoire d’un vieil acteur solitaire qui déteste son métier et le monde entier, et pourtant ne renonce à rien, surtout pas à vivre.

Un vieil acteur dans son vieil appartement ressasse haineusement son passé, le temps où il jouait Richard III, rôle qui, selon lui, lui était destiné avant même sa naissance. Il vit dans une totale solitude. Son unique contact avec le monde extérieur est la jeune fille qui vient régulièrement lui apporter du lait… On reconnaît là l’ironie morose de Thomas Bernhard , qui a écrit cette pièce pour le légendaire Bernhard Minetti . Lequel l’a créée en 1986. Et puis, reprenant le rôle dans la mise en scène de Claus Peymann et un décor simple, quasi réaliste, Gert Voss apporte à son personnage un grain de fantaisie, une humanité fragile, le brillant du vieux cabot qui n’a pas renoncé à séduire, à rêver, espérer l’impossible. On le sait, Claus Peymann, alors qu’il dirigeait le Burgtheater de Vienne, s’est battu pour faire admettre et comprendre, en dépit des polémiques et des interdictions , l’oeuvre de Thomas Bernhard. Aujourd’hui auteur mondialement reconnu, auquel le metteur en scène demeure fidèle, et qu’il continue de programmer au Berliner Ensemble, dont il est intendant depuis 1999.Colette Godard

Simplement compliqué
Simplement compliqué © Monika Rittershaus

Une miniature précieuse parmi les oeuvres dramatiques de Thomas Bernhard ; elle hésite entretragédie et comédie, entre folie et conscience suprême, entre solitude et folie des grandeurs. Pour un grand faiseur de théâtre et un génial acteur, elle offre d’infiniment nombreuses possibilités de jeu. Après Bernhard Minetti en 1986, Gert Voss est maintenant ce superbe clown théâtral de Bernhard entré dans le XXIe siècle.Mais il y a aussi dans Simplement compliqué une touchante histoire d’amour : une fois par semaine, une petite fille rend visite à ce solitaire roi de théâtre et lui apporte un bidon de lait frais. Il s’exalte à faire revivre pour elle les fêtes triomphales qu’on réservait jadis à son Roi Richard III, il y a bien longtemps, en province, de Bochum à Duisburg et Osnabrück. Et la fillette a même le droit de porter un instant la superbe couronne de théâtre de la célèbre pièce de Shakespeare…Une pièce pour rire et pour pleurer. copyright Berliner Ensemble traduction Michel Bataillon

Simplement compliqué
Simplement compliqué © Monika Rittershaus
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.