C'est un acteur exceptionnel que l'on pourrait écouter des heures, sur scène et dans la vie. A 82 ans, Michel Bouquet interprète pour la deuxième fois Argan, dans "le Malade imaginaire", au théâtre de la Porte Saint-Martin. Ce rôle que Molière a écrit, se sachant malade, et qui sera le dernier. Depuis plus de 60 ans, Bouquet a joué de nombreux auteurs, Anouilh, Thomas Bernhard mais aussi, au TNP de Vilar, Pierrot dans "Dom Juan" de Molière. Molière, du reste, lui semble le plus vrai. Parce qu'il a su dans chacune de ses pièces dénoncer le ridicule, les faux-semblants et mettre le doigt sur ses propres faiblesses. Parce qu'il a écrit des tragédies en leur donnant un accent de bouffonnerie, afin de plaire au public de l'époque avide de divertissement. "Jouer Molière, c'est justement ne pas jouer, c'est être lui. C'est l'incarner". Mardi 23 septembre, dans "Esprit critique", retrouvez le rapport de l'acteur à cet auteur qu'il lit, relit et joue depuis plus d'un demi-siècle. Une brillante leçon de théâtre de ce comédien qui a aussi marqué des générations d'élèves quand il enseignait au Conservatoire, Denis Podalydès en tête."Le malade imaginaire", au théâtre de la Porte St-Martin, à Paris (voir lien ci-dessous)."Vois off", de Denis Podalydès, Mercure de France.

Bouquet
Bouquet © Radio France

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.