d'Antonin Artaud et Roger VitracMise en scène emmanuel demarcy-mota avec élodie bouchez, céline carrère, valérie dashwood, Thomas durand, philippe demarle,anne Kaempf, sarah Karbasnikoff, stéphane Krähenbühl, serge maggiani et hugues questeravec Victor ou les Enfants au pouvoir, Emmanuel Demarcy-Mota réunit en fidélité des acteurs qui se délectent de la pièce de Roger Vitrac, et en épousent la fantaisie subversive.La satire révèle. Avec Victor ou les Enfants au pouvoir, créé en 1928 par Antonin Artaud et Vitrac lui-même, Roger Vitrac faisait voler en éclats les convenances bourgeoises de la cellule familiale. Victor, c’est l’enfance subversive, l’innocence trompée qui se mue en anarchisme cynique. La ruade d’un enfant du siècle (Vitrac le fait naître en 1900) qui envoie au diable tout le décorum des faux-semblants lourdement hérités du passé.Une implosion. Un ouragan dévastateur.

Victor ou les Enfants au pouvoir
Victor ou les Enfants au pouvoir © Jean-Louis Fernandez

Le théâtre s’en délecte. Fait feu de tout bois. À 20 ans, fasciné par le mouvement surréaliste, Emmanuel Demarcy-Mota était tombé sur la pièce de Vitrac. Au même moment, il s’intéressait à Büchner, à la rupture que celui-ci a opérée avec le modèle romantique allemand: « J’avais le sentiment que Vitrac était dans cette lignée d’un théâtre faisant sécession avec le siècle précédent. C’est en retravaillant Rhinocéros pour une grande tournée aux États-Unis que j’ai relu Victor ou les Enfants au pouvoir. Ce sont les racines de Ionesco. On comprend également très bien pourquoi Antonin Artaud ou André Breton furent fascinés par l’audace de Vitrac . »Sa mise en scène porte la marque d’une jubilation savamment distillée. Au diapason d’un texte qui regorge de pépites : « Derrière chaque mot se cache un labyrinthe, celui de l’inconscient. » Et qui s’évade en liberté partagée dans l’interprétation: « Je vois l’impact de cette langue surréaliste sur les acteurs », disait Emmanuel Demarcy-Mota au mo ment des répétitions.

Car Victor ou les Enfants au pouvoir, c’est aussi une bande d’acteurs, dont François Regnault esquisse ici le portrait. Tous compagnons de scène d’Emmanuel Demarcy-Mota : « Avec eux, nous avons monté Horváth, Büchner, Pirandello, Ionesco… […] Ces pièces, ces personnages, nous les avons créés ensemble. Et puis ça apporte le pur plaisir du théâtre qu’est la liberté d’improvisation entre des acteurs, entre ces êtres qui se connaissent, qui s’écoutent, s’observent et cherchent à se surprendrejean-marc adolphe

La tournée

  • Théâtre national de bretagne, rennes DU 4 AU 13 AVRIL- Grand Théâtre de luxembourg, luxembourg LES 18 & 19 AVRIL- l’apostrophe, scène nationale de cergy-pontoise LES 24 & 25 AVRIL- la comédie de reims, cdn DU 30 AVRIL AU 4 MAI
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.