Climato-scepticisme

Les climato-sceptiques sont celles et ceux qui nient de l’existence d’un changement climatique ou qui admettent le changement mais qui refusent de considérer qu'il est le résultat des activités humaines ou qui estiment que le changement climatique n’aura pas de conséquences dommageables. 

Claude Allègre, ministre de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, est peut-être le plus connu des climato-sceptiques français. L'auteur de "L’imposture climatique ou la fausse écologie" en 2012 dénonce des observations climatiques qui selon lui ne montrent pas de façon explicite un changement climatique et qui ont été biaisées afin de faire croire à un réchauffement là où il n’y en a pas. Il dénonce même la construction d'un "mythe" du changement climatique.

Au plan mondial Donald Trump est le climato-sceptique qui détient le pouvoir de la parole, mais surtout celui de défaire ce que son prédécesseur Barack Obama avait fait en faveur du climat et de l'environnement. Il est d'ailleurs soutenu par une partie importante de la population puisque les États-Unis comptent le nombre le plus important de climato-sceptiques.
Le retrait des USA de l'Accord de Paris est le fruit du travail de deux conseillers du président américain : Steve Bannon, le fondateur du site d'extrême droite Breitbart News et conseiller stratégique de Donald Trump durant 12 mois et Scott Pruitt, directeur de l'Agence américaine de l'environnement