Les mouvements des femmes engagées pour l'environnement depuis les années 70 ont été repérés et nommés par des intellectuelles sous le terme d'écoféminisme. 

Quasi inconnues en France, aujourd'hui, ces idées émergent dans le débat public à la faveur de deux tendances : un nouveau développement pour le féminisme, avec la lutte contre les violences faites aux femmes, et la prise de conscience de la gravité du réchauffement climatique. L'urgence écologique et la puissance des réseaux sociaux contribuent aujourd'hui à faire mieux connaître l'écoféminisme.

L'écoféminisme fait une lecture globale de l'histoire de la planète. Ce n'est pas uniquement une philosophie de lutte pour le droit des femmes, ni un activisme écologiste particulier, il raconte une histoire des Humains sur la planète dans le rapport à leur environnement et dans la différentiation qu'ils ont établi entre hommes et femmes. Né dans les années 60, l'écoféminisme observe le développement parallèle de l'oppression des femmes et l'exploitation exagérée des ressources naturelles. Il met en lumière le destin commun des femmes et de la nature et montre que le capitalisme s'est assuré l'appropriation des terres et de leurs ressources, et simultanément celle du corps des femmes. Les premières apparitions du mouvement écoféministe remontent aux années 70 avec par exemple la manifestation anti nucléaire après la catastrophe de  Three Mile Island aux Etats-Unis.  On peut citer le mouvement  Chipko des Indiennes  qui ont lutté contre la déforestation, car la forêt était le lieu de leur travail et de leurs ressources, elles ne pouvaient pas se permettre de le perdre.On a parfois, à tord, associé l'écoféminisme à l'essentialisme, courant de pensée basé sur l'idée que la femme est plus proche de la nature que l'homme, par essence. Mais il existe plusieurs courants : 

  • éthique (responsabilisation de l'homme vis-à-vis de la détérioration de la nature
  • combatif et résistant 
  • écologie profonde, faisant référence au mythe de la terre mère, ou de Gaïa 
  • spiritualiste

Celles qui ont fait l'écoféminisme

L'écoféminisme n'a pas été un concept philosophique, mais le résultat des observations au fil des mobilisations de femmes. Les femmes ont pris conscience du parallèle entre la destruction de la nature et l'oppression dont elles sont l'objet dans le monde au fil des combats militants. Une dimension importante dans les mouvements écoféministes, à ne pas perdre de vue, est la non-violence.

  • Françoise d'Eaubonne

Co-fondatrice du Mouvement de libération des femmes, Françoise d'Eaubonne y anime le groupe « Écologie et féminisme". Elle est à l'origine du mot « phallocrate », du terme "écoféminisme" en 1974, et elle fonde l'association Écologie-Féminisme en 1978.D'Eaubonne marque l'histoire de la réflexion sur l'environnement et relie d’emblée les causes de la destruction de l’environnement avec les rapports sociaux inégalitaires entre hommes et femmes.  Surproduction agricole, et sur-reproduction de l'espèce humaine sont selon elle les conséquences de la domination masculine sur les femmes et de l'exploitation de la nature par les hommes. 

  • Carolyn Merchant

Philosophe et historienne américaine, Carolyn Merchant a notamment publié _The Death of Nature (_1980), qui fait figure de texte fondamental pour l'écoféminismePour elle, à la fin du XVIIe siècle  le noyau de principes féminins qui a subtilement guidé pendant des siècles le comportement envers la terre a cédé la place à une nouvelle éthique de l'exploitation. La Terre-Mère nourricière a été soumise à la science et à la technologie (The Death of Nature)

  • Vandana Shiva

Vandana Shiva - CESAR RANGELVandana Shiva, prix Nobel Alternatif en 1993 pour avoir placé les femmes et l'écologie au cœur du discours sur le développement moderne. Elle dirige la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles. Elle est leader parmi les altermondialistes. Combat contre Coca Cola, contre les OGM, pour la reconnaissance des peuples autochtones. Ses premières publications sur l'écoféminisme datent du tout début des années 90. Cette chercheure en physique a exploré toutes les aspects de l'exploitation des ressources naturelles, et a fondé une association pour la protection de la biodiversité. 

  • Starhawk.

Starhawk - Dedda71Starhawk, activiste altermondialiste,  se dit elle-même sorcière, car elle a théorisé une nouvelle forme de paganisme. Au moment de l'ouragan Katrina, elle a organisé une cercle de prière, pour demander à la Terre Mère "d'atténuer la mort et la destruction", et elle en conclut que l'ouragan modifia légèrement sa route et que "la Nouvelle-Orléans survécut". Avec Ynestra King, Starhawk a été présente dans de nombreux combats antinucléaires. 

  • Wangari Muta Maathai

Wangari Muta Maathai - Olivier MorinWangari Muta Maathai est morte le 25 septembre 2011 à Nairobi. Biologiste de formation et professeur d'anatomie  vétérinaire , elle fut la première Africaine à se voir remettre le prix Nobel de la paix pour sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix.  

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" : A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.