LeRéseau Action Climat, fédération d’associations nationales et locales, lutte contre les causes des changements climatiques, de l’échelle internationale à l’échelle locale. Le Réseau Action Climat est le représentant français d’un réseau mondial et européen d’ONG, qui regroupe près de 1100 membres à travers la planète. Avec pour objectif de parler d’une seule voix pour peser davantage sur les décideurs, le Réseau Action Climat couvre de par son travail l’ensemble des secteurs responsables du dérèglement climatique : les transports, la production d’énergie, l’agriculture et l’alimentation, l’habitat, etc. Il travaille principalement à l’élaboration de mesures alternatives et ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques et ses impacts et veille à ce que ses propositions ne portent pas atteinte à l’environnement, à la sécurité et aux droits humains.

Le Réseau Action Climat organise régulièrement des points d'information pour permettre aux ONG qui le compose d'alerter les médias et le public.  Ces organismes tels que Oxfam, WWF, Secours Catholique Caritas, Greenpeace. Récemment ces associations ont alerté avant l'ouverture de la  COP24 pour dire que la France n'y avait aucune crédibilité. 

"L’augmentation des plafonds d’émissions de gaz à effet de serre est la seule décision récente du gouvernement", a ironisé Jean-François Julliard de Greenpeace, en référence au dépassement du volume maximum d'émissions de gaz à effet de serre.

Le Réseau Action Climat plaide en France pour les actions suivantes en faveur de l'environnement :

  • Le triplement du montant du chèque énergie attribué aux ménages aux ressources modestes
  • La mise en place d’un fonds vélo à hauteur de 200 millions d’euros par an
  • Des mesures de réduction de la consommation des engrais azotés et du cheptel dans le secteur agricole
  • La fermeture de plusieurs réacteurs nucléaires supplémentaires (au-delà de la centrale de Fessenheim) au cours de ce quinquennat
  • La régionalisation des tarifs d’achat et des appels d’offre du solaire photovoltaïque
  • L’affectation de 100% des recettes issues de la taxe française sur les transactions financières au climat et à la solidarité
  • La fin des agrocarburants cultivés sur terres dédiées, etc.

Dans une tribune publiée sur France Info, 23 associations du Réseau, estimaient en novembre 2018 que  "le gouvernement actuel mène une politique des transports qui, à ce jour, n'est ni cohérente avec l'urgence climatique ni juste socialement". Elles demandent une hausse de la fiscalité écologique.