Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale. Le terme "végétarien" a été créé par la Vegetarian Society (fondée en 1847)

L'adoption d'un régime végétarien peut être motivé par des raisons diverses : un choix religieux, la santé… mais aussi une conception de l'éthique : la critique des méthodes de traçabilité, d'élevage et d'abattage, l'accès aux denrées alimentaires, l'impact environnemental des modes de production et de prélèvement de ces dernières ou encore le refus par principe de l'exploitation animale.

Il existe plusieurs formes de végétarisme :

  • l'ovo-lacto-végétarisme (très répandu en Occident) inclut les œufs, les produits laitiers et le miel.
  • le lacto-végétarisme (ou « végétarisme indien ») inclut les produits laitiers mais exclut les œufs (y compris ceux présents dans les produits transformés comme de nombreux gâteaux).
  • l'ovo-végétarisme, inclut les œufs et exclut les produits laitiers.
  • le végétalisme exclut la totalité des produits d'origine animale (donc les oeufs aussi)
  • le fruitarisme consiste à ne manger que des fruits, noix, graines et matières végétales qui peuvent être recueillis sans abîmer de plantes. Le principe derrière ce mode d'alimentation est de ne pas détruire de plantes pour se nourrir, ce qui peut être évité, dans une certaine mesure, si on se contente de récolter les fruits mûrs des arbres. Un fruitarien peut donc manger les haricots, les tomates, les cucurbitacées mais refuse de manger les tubercules (pommes de terre) et les épinards.
  • le crudi-végétalisme consiste à ne pas chauffer la nourriture à plus de 48 °C et à ne manger que des fruits et légumes crus, noix et pâtes de noix, germes de céréales et de légumineuses, graines, huiles végétales, légumes de la mer, herbes et jus de fruits frais.