Le gouvernement se réjouit du nombre (en hausse) de téléchargements pour TousAntiCovid. Mais les seules interventions du chef de l'État et du Premier ministre fin octobre ont généré d'un coup plus de trois millions d'activations sur cinq jours. Depuis, le rythme des installations est plus calme.

Un utilisateur de l'application TousAntiCovid dans une rue de Rennes (Ille-et-Vilaine).
Un utilisateur de l'application TousAntiCovid dans une rue de Rennes (Ille-et-Vilaine). © AFP / Damien Meyer

Le ministre Cédric O vise les 15 millions de téléchargements d'ici début décembre pour "nous donner une chance de plus de réussir la sortie de confinement". À l'heure où nous écrivons ces lignes, TousAntiCovid, application de traçage numérique contre l'épidémie, a été téléchargée 7 476 505 fois (mais désinstallée 1,5 million de fois) et connaît, depuis son lifting et son changement de nom, un certain regain de popularité. "C'est un peu plus de 10% de la population et 4,5 millions d'activations supplémentaires en 10 jours", se satisfait d'ailleurs le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique. 

Les données mises en ligne par le gouvernement lundi montrent que les téléchargements quotidiens sont en moyenne plus importants que sur la période juin-septembre, mais que la forte progression du nombre d'utilisateurs est aussi due à un "effet Macron". 

Deux pics autour du 23 et du 29 octobre

Emmanuel Macron a annoncé la version renommée et améliorée de StopCovid le 14 octobre, lors d'une interview télévisée. Le lendemain, Jean Castex confirmait les changements annoncés par le président de la République. Ce dernier ayant clairement assumé les difficultés de l'application, il parait normal qu'aucun sursaut de téléchargements ne soit observé. 

En revanche, comme le montre le graphique ci-après, qui recense le nombre de téléchargements quotidiens de l'application StopCovid puis TousAntiCovid sur les 15 premiers jours de son existence puis du 14 octobre à aujourd'hui, les interventions du chef de l'État et du Premier ministre ont généré des pics de téléchargements

  • Le premier pic observé, autour du 22-23 octobre est consécutif à l'intervention, le 21 octobre, de Jean Castex et de Cédric O, lors d'une conférence de presse. C'est à ce moment-là que la nouvelle version a été annoncée. D'un coup, l'application a enregistré +919 637 téléchargements en deux jours. 
  • Le second pic observé, autour du 29-30 octobre est consécutif à l'allocution du chef de l'État, le 28 octobre et la conférence de presse de Jean Castex le lendemain durant lesquelles TousAntiCovid est de nouveau évoquée. En deux jours, l'application a été téléchargée près de 1 700 000 fois et 2 040 294 fois, si l'on considère que le 31 octobre est la fin de ce pic. 

Ces deux pics ont permis de cumuler près de 3 millions de téléchargements en l'espace de cinq jours. Ils viennent s'ajouter aux 2,5 millions de téléchargements "hérités" de StopCovid. 

Entre ces deux pics, on peut estimer que TousAntiCovid a été téléchargée 2 millions de fois. Avant la présentation de la nouvelle version, l'application ne dépassait pas les quelques milliers de téléchargements quotidiens. Après cette date de première présentation, le rythme redevient beaucoup plus calme même si l'on comptait, en moyenne, 180 000 téléchargements par jour soit bien au-dessus, évidemment, de la moyenne des dernières semaines de la version StopCovid. 

Néanmoins, "l'activation ne veut absolument rien dire : si 100 millions de personnes l'activent mais que personne ne l'utilise, ça ne sert absolument à rien", juge le chercheur en cybersécurité, Baptiste Robert, joint par France Inter. Selon lui, il faudrait pouvoir disposer du nombre quotidien d'utilisateurs actifs pour mesurer correctement l'efficacité de TousAntiCovid.  

De plus en plus de notifications "cas-contact"

"Ce qui est le plus intéressant pour nous, c'est qu'on est à _plus de 500 personnes par jour qui sont notifiées cas-contact par l'application_. Et même plus de 800 pour la seule journée de dimanche. Une baisse est possible dans le contexte du confinement, mais ces chiffres montrent tout l'intérêt d'une diffusion beaucoup plus large de l'application", estime Cédric O. 

En effet, comme le montre la courbe suivante, le total du nombre de contacts notifiés ne cesse d'augmenter depuis le 23 octobre. C'est après cette date, consécutive à la conférence de presse de Jean Castex, que la courbe cesse de plafonner sous les 1 000 notifications. TousAntiCovid a aujourd'hui signifié à 6.642 utilisateurs qu'ils étaient "cas-contact". 

Générateur d'attestation 

Comme l'avait promis le gouvernement, la dernière version intègre totalement l'attestation dérogatoire de déplacement, qui peut être générée automatiquement et qui permet d'enregistrer ses données pour ne pas à avoir à les saisir à chaque fois. Un moyen d'inciter au téléchargement ? Oui, mais cela ne signifie pas que les utilisateurs téléchargent l'application et l'utilisent pour sa première destination, le traçage de contacts. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le gouvernement prévoit ensuite d'ajouter les données épidémiologiques par département, puis le nombre de lits de réanimation disponibles. Mais la future évolution de taille sera une "alternative technique au cahier de rappel".

Pour qu'elle soit efficace, l'Inserm estime que TousAntiCovid devrait être, au minimum, sur le téléphone de 20% de la population, soit au moins le double du chiffre actuel