Tricky sort son 14e album : "Fall to pieces", un album noir traité avec douceur, notamment grâce à la voix de Marta Zlakowska qui chante la plupart des titres où l’ancien collaborateur de Massive Attack aborde pudiquement la disparition de sa fille. Ce dernier disque est à l’image de son auteur : émacié et puissant.

14e album pour Tricky, l'un des piliers du trip hop
14e album pour Tricky, l'un des piliers du trip hop © Erik Weiss

Après avoir quitté Massive Attack au milieu des années 90, Tricky s’est imposé comme la figure la plus imposante du Trip hop, mouvement éphémère anglais. Cet originaire des quartiers chauds de Bristol produit désormais une musique électronique qui tient plus du Blues que de la dance music, tout en conservant sa culture de "sound system". Son premier album solo a été élu meilleur disque par la presse britannique. 

FRANCE INTER : Tu es un grand nomade, ce disque est né dans quelle ville ? 

TRICKY : "L'idée de ce disque m'est venu il y'a un an maintenant. Le premier single "Fall please" est ancien. il a été fait à Paris avant mon départ pour Londres puis Berlin. Je trouvais que le titre était trop Pop alors je ne l'ai pas mis sur l'album précédent. 

J'aime me sentir un étranger. J'aime sortir et ne pas savoir où se trouvent le boucher, les magasins, comment tu fais pour rentrer chez toi. Je n'ai pas arrêté de déménager quand j'étais enfant. J'ai vécu chez ma grand-mère et ensuite chez ma tante. J'ai grandi comme ça." 

Ce disque est arrivé après un traumatisme personnel [le décès de sa fille, ndlr], la musique est une sorte de remède pour toi ? 

"Oui certains font du yoga, d'autres du Tai-chi, d'autre font des exercices, mais quand tu fais de la musique tu es dans ta bulle et tu ne peux pas penser à autre chose. Tu ne ressens pas vraiment le stress, tu es concentré dans ce que tu fais. Tu oublies tout." 

La pandémie a stoppé la plupart des concerts, comment as-tu réagi ? 

"C'est la première fois dans ma vie que je ne peux pas faire de concerts. Pour moi c'est très très bizarre. C'est comme si j'avais perdu la moitié de mon boulot. Si je ne fais pas de concerts pendant encore un an, je vais devenir fou." 

Le mouvement Black Lives Matter peut faire bouger les choses, tu penses ? 

"Les gens sont devenus fous. Pour moi, protester ça ne marche pas. ça n'a jamais marché ! Jamais ! Quand en Amérique les noirs ne pouvaient pas prendre le bus [à cause de la ségrégation raciale, ndlr], ils ont protesté. Il ne s'est rien passé ! Qu'ont-ils fait ? Ils ont arrêté de prendre le bus et là ils ont commencé à menacer le business. C'est là qu'ils ont changé la loi. C'est dur d'être un rebelle dans une société capitaliste. Tu peux manifester pour le Black Lives Matter le vendredi, et le samedi aller acheter un iPhone, un iPad, une paire de Nike et un manteau à 500 euros. Tu es Malcolm X ou un consommateur ?" 

Est-ce que tu es en paix avec toi-même ? 

"Pour moi, c'est la vie normale qui est un défi. J'ai un souci avec la vie ordinaire. Dans un studio, sur scène, je suis parfait. Dans la vie, j'ai plus de mal, ça a toujours été comme ça. Plus jeune je ne savais même pas acheter un billet d'avion car mon manager s'en chargeait. Pour moi faire de la musique c'est très simple, mais payer sa facture d'électricité, ça je ne sais pas faire. Je ne l'ai jamais fait moi-même. Jamais. Une fois à Berlin, je n'avais plus d'électricité, j'ai dû aller moi-même dans un magasin qui gère l'électricité. C'était dingue pour moi ! J'ai dû prendre un ticket et attendre. C'était un grand bâtiment de type communiste. Je me suis assis, j'ai attendu et je me suis dit que c'était dingue tout ce que je devais faire juste pour avoir de la lumière et allumer mon four dans l'appartement. Là, un type est venu vers moi et il m'a dit : 'Mais qu'est-ce que vous faites là ?' Il m'a dit : 'je vais t'aider' parce qu'il m'avait reconnu. j'ai eu de la chance ! Sinon j'étais perdu."

Tu as d'autres projets ? 

"J'ai déjà deux albums terminés après celui-ci. Il y a une compilation où Lee scratch Perry fait les voix, le chanteur d'Idles et aussi le chanteur de Foals. Il y a une dizaine d'invités !"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.