Lors des travaux d'aménagement d'une boutique de vêtements de luxe parisienne, les architectes ont découvert, cachée derrière un mur de briques, une toile monumentale.

Le marquis de Nointel arrivant à Jérusalem
Le marquis de Nointel arrivant à Jérusalem © Radio France / Delphine Evenou

La toile fait six mètres de long, et trois mètres de hauteur. Elle aurait pu rester à l'abri de la lumière et des regards pendant encore très longtemps, si la maison de couture Oscar de la Renta n'avait pas décidé d'ouvrir sa première boutique à Paris rue de Marignan, à deux pas des Champs-Élysées. Pendant les travaux de restructuration et d'aménagement, les architectes font tomber un mur de briques. Derrière se trouve un autre mur, recouvert de ce qui ressemble à un tableau ancien. 

Un tableau tout noir

"Le tableau était tout noir, mais mon instinct me disait qu'il y avait quelque chose derrière", se souvient le restaurateur Benoît Janson, qui a pu voir l'oeuvre "dans son jus". Le directeur général d'Oscar de la Renta, Alex Bolen, a visiblement eu la même intuition : à l'annonce de la découverte, il saute dans un avion depuis les États-Unis. Arrivé à Paris, il décide de financer la restauration du tableau, à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d'euros

La toile trône au fond du salon des robes de mariées Oscar de la Renta
La toile trône au fond du salon des robes de mariées Oscar de la Renta / Delphine Evenou

Pendant six mois, avec son équipe, Benoît Janson va alléger le vieux vernis, enlever les couches de peinture datant de rénovations précédentes, retoucher aussi les zones lacunaires du tableau. Après un travail minutieux, la gigantesque toile retrouve son éclat d'origine et délivre son histoire, ou en tout cas une partie. 

L'oeuvre n'a pas livré tous ses secrets

Le tableau, daté de 1673, représente le marquis de Nointel et son escorte, à leur arrivée à Jérusalem. Ambassadeur de France au Moyen-Orient, Charles Marie François Olier de son vrai nom, a été envoyé par Louis XIV pour établir des liens de commerce. L'auteur de l'œuvre reste en revanche difficile à déterminer : il pourrait s'agir d'Arnould de Vuez ou de Jacques Carrey, tous deux élèves de l'école de Charles Le Brun. 

Cette toile fait partie d'un ensemble de quatre tableaux exposés sur les murs des appartements du marquis de Nointel à Constantinople, avant que sa mission de diplomate ne prenne fin et que les toiles, roulées sur elles-mêmes, ne se dispersent. L'une des œuvres se situe au musée d'Athènes, deux autres ont disparu. La dernière se trouve donc désormais dans une boutique des quartiers chics de Paris, au milieu des luxueuses robes de mariées Oscar de la Renta. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.