La Paris Games Week débute ce mercredi 30 octobre. Pendant cinq jours, plus de 70 exposants seront réunis Porte de Versailles autour du jeu vidéo. Sur place, ES1, une chaîne de télévision consacrée à l'e-sport, sera en direct durant l’événement.

 Dans l'open space, les salariés de la chaîne ES1 terminent les derniers préparatifs pour la Paris Games Week
Dans l'open space, les salariés de la chaîne ES1 terminent les derniers préparatifs pour la Paris Games Week © Radio France / Marianne Yotis

Dans l'open-space, Ken Bogard passe en revue les derniers éléments de ses émissions pour la Paris Games Week. Il vérifie que tout est conforme à ce qui a été validé.

"On a deux grosses émissions prévues : l'une sera un grand quiz sur la culture du jeu vidéo, l'autre c'est un tournoi d'e-sport sur Monster Hunter World Iceborn, un jeu dans lequel des duos de chasseurs vont s'affronter pour essayer de réaliser le meilleur temps possible sur un monstre donné", explique-t-il. 

Ken Bogard est passionné de jeu vidéo "Je suis tombé dedans quand j'étais petit, un peu comme Obélix", sourit-il. La Paris Games Week est un événement qu'il connait bien. C'est pour lui un moment sympa pour se mêler aux autres acteurs du jeu vidéo et voir des personnes qu'il ne peut pas rencontrer dans d'autres occasions. 

Ken Bogard, animateur, prépare ses émissions pour la Paris Games Week
Ken Bogard, animateur, prépare ses émissions pour la Paris Games Week © Radio France / Marianne Yotis

Créée en janvier 2018, Es1 était déjà présente à la Paris Games Week l'année dernière. Mais c'est la première fois qu'elle aura un plateau avec des émissions en direct. Le signe d'une chaîne qui se développe. 

"Cette année la partie e-sport est particulièrement dynamique. C'est pourquoi on se doit d'être présents avec une couverture exceptionnelle", annonce Nicolas Gicquel, le directeur des programmes de la chaîne. 

Lorsque Bertand Amar a lancé le projet en 2015, c'était un peu un pari pour lui. À cette époque, l'e-sport était beaucoup moins développé qu'aujourd'hui. 

"Si on prend l'exemple d'un jeu très populaire comme Fifa, à l'époque il y avait deux grands tournois par an. Aujourd'hui, un même jeu comme Fifa va avoir beaucoup plus de compétitions, notamment ce qu'on appelle des leagues, des tournois qui se déroulent sur une année entière avec des compétitions et des événements tous les week-ends. Ce qui nous fait beaucoup plus d’événements à couvrir", explique-t-il. 

Passionné de jeux vidéos, il est persuadé que leur développement passe avant tout par le développement de l'e-sport et de la compétition.

Bertand Amar (à droite), le directeur d'ES1 et Nicolas Gicquel (à gauche), le directeur des programmes de la chaîne
Bertand Amar (à droite), le directeur d'ES1 et Nicolas Gicquel (à gauche), le directeur des programmes de la chaîne © Radio France / Marianne Yotis

Pour Bertand Amar, les audiences sont bonne. Jusqu'à 600 000 téléspectateurs par mois. Sur une journée, ça peut parfois monter jusqu'à 50 000. Des chiffres qui vont certainement augmenter puisque la chaîne, qui était avant en option chez certains opérateurs, est maintenant disponible sur toutes les box. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.