Les animaux d'aujourd'hui sont les lointains descendants de ceux apparus pendant l'explosion cambrienne, il y a 540 millions d'années. Ou du moins c'est ce que l'on pense. Mais cette théorie ne cesse d'être mise en perspective par la découverte de nouveaux fossiles, parfois beaucoup plus vieux...

Les coraux font partie de la famille des Cnidaires, certainement apparut pendant l'explosion cambrienne.
Les coraux font partie de la famille des Cnidaires, certainement apparut pendant l'explosion cambrienne. © Getty

Entre -540 et -530 millions d'années, une révolution avait lieu dans nos océans : l'explosion du Cambrien. Un "boum" zoologique, sur près de 10 millions d'années, qui a vu apparaître une diversification sans précédent des espèces animales, végétales et bactériennes. La majorité des ancêtres communs des animaux actuels remontent à ce moment là.

On a longtemps cru que les premiers organismes vivants complexes de notre Terre étaient apparus à cette période. En réalité, des fossiles antérieurs à -540 millions d'années, découverts par les scientifiques, ne cessent de remettre en question cette théorie. La dernière découverte en date est une sorte d'éponge fossilisée, prélevée au nord-ouest du Canada par la géologue Elizabeth C.Turner de l'Université Laurentienne de Sudbury dans les années 90.

Si elle est avérée, cette découverte ferait reculer la date d'apparition des premiers animaux complexes de près de 350 millions d'années ! Mais le spécimen pose question dans la communauté scientifique.

Un échantillon critiqué

Le premier doute se porte sur la nature du fossile de C. Turner, vieux de 890 millions d'années. Difficile pour certains scientifiques de l'identifier à une éponge, compte tenu de l'ancienneté de l'échantillon. Les motifs de tubes cristallins visibles au microscope, preuve d'un squelette de collagène spécifique aux éponges pour Turner, pourraient également être l'œuvre de microbes ou de cristaux. 

Autre critique liée à l'âge du fossile, si ç'en est un : il aurait vécu dans un environnement extrême, pauvre en oxygène et alors que la Terre était entièrement gelée à sa surface. Pour Elisabeth C. Turner, c'est possible, si l'éponge se loge dans les cavités d'un récif microbien, près de cyanobactéries libérant de l'oxygène.

L'article relatant cette découverte, publié dans la revue Nature ce 28 juillet 2021, relance donc le débat sur l'apparition des premiers organismes vivants complexes.

Un débat qui n'est pas nouveau

Ce n'est pas la première preuve de vie animale antérieure à l'explosion du Cambrien que l'on découvre. En septembre 2019, un autre article était publié dans Nature sur un fossile de ver qui serait apparu vers -551 millions d'années, soit une dizaine de millions d'années plus tôt que prévu. En 2014, c'est un article sur les récifs d'animaux squelettiques ressemblant aux coraux qui mentionne des spécimens datés de sept millions d'années d'avance.

Une vie complexe de plus en plus précoce qui continue d'alimenter les passions chez les scientifiques.

Pour aller plus loin