Depuis 6 ans, la chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier danse une minute par jour. Tout a commencé après les attentats de Charlie Hebdo. Un geste de résistance contre la barbarie qui ne s'est jamais arrêté. Elle a ressemblé une trentaine de danseurs à Chaillot pour la 2192e minute.

La 2192 minute de danse de Nadia Vadori-Gauthier à Chaillot
La 2192 minute de danse de Nadia Vadori-Gauthier à Chaillot © Radio France / Stéphane Capron

Danser une minute par jour, c’est un geste de résistance poétique pour Nadia Vadori-Gauthier, qui ne s'est jamais arrêtée depuis le 8 janvier 2015, au lendemain de l'attentat à Charlie Hebdo. Pour la 2192e minute, elle a convoqué le philosophe Gilles Deleuze en utilisant des extraits de sa conférence à la FEMIS en 86 autour de "L'art, acte de résistance". 

Le geste chorégraphique de Nadia Vadori-Gauthier est parvenu à créer un mouvement dans le monde de la danse. "La danse, le mouvement, l'espace, sont des réponses de vie et de résistance vis à vis de la mort qui est imposée par ces terroristes fous, mais aussi par rapport à la situation délétère que provoque l'épidémie que nous subissons tous", estime Didier Deschamps, le directeur de Chaillot qui lui a ouvert les portes du Théâtre de la danse pour fêter le 6e anniversaire de cette minute de danse. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Au cours de l'année 2020, Nadia Vadori-Gauthier a été très active en lançant trois appels à participation. Lors du premier confinement, suite à l'appel relayé par France Inter, elle a reçu plus de 5 000 danses ! Le 5 juillet, elle était sur la scène de la salle Vilar à Chaillot pour la 2 000e danse. Puis lors du deuxième confinement, elle a lancé un appel aux professionnels pour l'art et la culture signé par 200 professionnels, dont plusieurs directrices et directeurs de lieux (CCN, CDN et de structures). 

Mercredi, Nadia Vadori-Gauthier a souhaité réveiller les lieux de culture endormis et fermés au public. "Tous ces murs parlent. Il y a nos mémoires de spectateurs sont dans ces lieux, même quand il n'y a personne", explique la chorégraphe qui a constitué en six ans une formidable bibliothèque de vidéos classées sur son site "Une minute de danse par jour".

Thèmes associés