La BCE y réfléchit sérieusement et lance aujourd'hui une consultation. Cet euro numérique- encore à l'état de projet - permettrait aux ménages comme aux entreprises d'effectuer leurs paiements avec une monnaie numérique capable de concurrencer les monnaies virtuelles et les cryptomonnaies.

Le siège de la Banque centrale européenne, à Francfort
Le siège de la Banque centrale européenne, à Francfort © AFP / Daniel Roland

Cet "Euro numérique" est présenté comme un nouveau service à l’essai : adaptation technologique nécessaire face à l'accélération des paiements dématérialisés. Mais il est avant tout une réponse défensive face aux défis et inquiétudes que suscitent aujourd'hui les monnaies virtuelles et les cryptomonnaies chez l’ensemble des banques centrales.Ce qui apparaissait comme un gadget il y a encore quelques mois, inquiète ouvertement les États qui redoutent de perdre leur souveraineté monétaire. 

Stabilité financière

La force de frappe d'un Libra de Facebook, attendu pour la fin de l’année, puis d’un Google ou Amazon qui développent eux aussi leurs monnaies virtuelles, fait aujourd'hui douter les États. La capacité des géants du web à créer de nouveaux usages du jour au lendemain, qui échapperaient au contrôle et à la puissance des États, n’est plus considérée comme sans effet sur la confiance et la stabilité monétaire que recherchent les banques centrales : "Cet euro numérique, écrit l'un des membre du directoire de la BCE, pourrait empêcher qu'un service de paiement privé (NDLR : sous-entendu issu des Gafas) ou public (sous-entendu venu d’une autre Banque centrale, Chinoise ou Américaine) ne supplante notre souveraineté monétaire, ou ne menace notre stabilité financière".

Cette consultation de trois mois de la Banque Centrale Européenne, puis le test pendant 6 mois d’un Euro numérique devrait permettre de mesurer à quel niveau (ménage, entreprises ou simple règlement interbancaire) cette monnaie virtuelle serait le plus efficace et nécessaire. La BCE décidera ensuite "vers la mi-2021" de lancer, ou non, sa monnaie virtuelle européenne. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.