Les Français ont encore beaucoup de questions sur la vaccination anti-Covid. Un collectif citoyen sur le vaccin, installé le 16 janvier dernier, est chargé de faire remonter le ressenti du terrain et de formuler des recommandations au gouvernement. Leurs premières recommandations sont attendues mardi.

Les Français ont encore beaucoup de questions sur la vaccination. Le collectif citoyen installé sous l'égide du CESE doit notamment faire remonter le ressenti du terrain
Les Français ont encore beaucoup de questions sur la vaccination. Le collectif citoyen installé sous l'égide du CESE doit notamment faire remonter le ressenti du terrain © AFP / Hans Lucas / Karine Pierre

Face à la défiance suscitée par le vaccin chez les Français, avant le début de la campagne, l'exécutif a fait le pari de la démocratie participative et a décidé de mettre en place un comité chargé de faire remonter les interrogations concernant la stratégie vaccinale adoptée. Trente-cinq citoyens ont été tirés au sort sous l'égide du Conseil économique, social et environnemental (CESE). 18 femmes et 17 hommes venant de toutes les régions, de tous âges, de toutes catégories socioprofessionnelle et d'avis différents concernant la vaccination.  

Depuis le samedi 16 janvier et leur installation, on n'avait plus de nouvelles de ce panel "représentatif de la diversité française". Les trente-cinq citoyens continuent, en fait, d'auditionner les experts, en visioconférence

Chargés de faire remonter les préoccupations de l'opinion publique

Et les questions fusent... "J'ai déjà eu la Covid, dois je me faire vacciner quand même ?" "Faudra-t-il se faire injecter tous les ans comme pour la grippe ?" Questions aussi sur les effets secondaires du vaccin AstraZeneca. Comment expliquer l'apparition de syndromes grippaux après injection ? C'est le généticien Axel Kahn qui répond : "La raison pour laquelle les jeunes soignants ont fait, dans une certaine proportion, ces syndromes grippaux sans gravité, mais notables, sont peu connus. Peut-être est-ce dû à l'hyper réactivité du système immunitaire des jeunes. Une cause – il faut la démontrer mais qui est possible – c'est que le vaccin AstraZeneca donne une réaction particulièrement importante chez les soignants qui ont déjà rencontré le virus et qui ont une immunité antérieure." 

Beaucoup de questions du panel, également, sur le choix des produits. Par exemple, pourquoi la France n'a pas commandé le vaccin chinois ? Explications de la présidente de la Haute Autorité de santé, Dominique le Guludec : "Pour l'instant, il n'a pas été déposé de dossier à l'Agence européenne du médicament. Quand ce vaccin aura un dossier en bonne et due forme, qu'il il sera jugé suffisamment sécure. Bien entendu, nous étudierons sa place dans la stratégie comme tous les autres." 

"Une communication positive vis à vis du vaccin serait un plus énorme".

Il y a les questions techniques, et celles tirées de l'expérience personnelle. Philippe, chauffeur de car à Gap (dans les Hautes-Alpes) et membre du panel, a été vacciné contre le Covid car il a une pathologie lourde. Il considère que le monde médical devrait communiquer de manière beaucoup plus positif sur les bienfaits des vaccins. "Quand je suis allée me faire vacciner, j'ai vécu une ambiance relativement négative de la vaccination" explique-t-il. "Que ce soit les médecins ou les infirmiers, on m'a parlé de tout ce que je pouvais avoir comme maladie et comme effets secondaires. À aucun moment, on m'a parlé des effets positifs de la vaccination."

Philippe regrette également la position personnelle de certains soignants "Je me suis fait opérer de l'œil la semaine dernière et suis tombé sur des infirmières qui me disaient qu'elles étaient contre le vaccin. Je peux vous dire que c'est choquant. Je suis encore surpris que certains soignants soient contre le vaccin" regrette-t-il.

Leurs premières recommandations du collectif citoyen seront formulées mardi. Elles porteront, par exemple, sur l'accès aux lieux de vaccination et à la logistique. Des recommandation qui n'ont pas de valeur contraignante.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.