Dans notre beau pays rabelaisien et cartésien, l’alcool est partout… Pourquoi aime-t-on boire ? Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque l’on boit ? Quand glisse-t-on vers l’alcoolisme ? L’émission Grand bien vous fasse a fait le tour de la question avec une ex-buveuse, des journalistes et un addictologue.

L'alcoolisme
L'alcoolisme © Getty / Peter Dazeley

L’alcool agit comme un anxiolytique

Le psychiatre et addictologue à l’Hôpital Paul Brousse, Amine Benyamina explique que l’ingestion d’alcool modifie les neurorécepteurs et la neurorégulation. Il va avoir le « même effet » qu’un anti-anxiolytique sur le système Gaba (système de neurotransmission) : il va nous détendre et on va se sentir bien. Quand on arrête, on va avoir les effets du manque.

On prend un risque dès le premier verre

Amine Benyamina : Dès que l’on commence à boire, même un verre, on déclenche (statistiquement) une prise de risque. L’alcool n’est pas un produit banal, c’est un produit exogène. Quelque soit la personne, la quantité, le type d’alcool, boire va avoir un effet, même mineur, sur le cerveau, sur le foie et entraîner un risque anatomique et psychologique de dépendance.

On glisse vers l’alcoolisme quand…

Le Robert décrit l’alcoolisme comme "l’abus de boisson alcoolisée déterminant un ensemble de troubles" ou "état chronique résultant d’une consommation habituelle d’alcool". Pour l’addictologue Amine Benyamina, c’est lorsque l'on a besoin de boire de façon régulière et cyclique. Même si ce n’est qu’une fois par semaine, de façon importante et qu'on saute cette fois par semaine, on ressent le manque, on est dépendant. 

Pas plus de deux verres de vin par jour

Pour éviter de basculer, le professeur Benyamina préconise de respecter les consignes sanitaires : pas plus de deux verres par jour, et pas tous les jours soit un maximum de 10 verres de vin par semaine.

🎧  Grand bien vous fasse sur l’alcool 

📖  Pourquoi est-ce si difficile de ne pas boire d'alcool en France ?

Avec : 

Aller + loin : 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.