Pourquoi a-t-on le trac ? Comment faire pour y remédier ? C’est la question posée par Deborah, 12 ans, dans l’émission Les P’tits bateaux, l’émission du dimanche de Noëlle Bréham qui répond aux questions des enfants. Mais pas seulement.

Il ne faut pas confondre le trac du cavalier et celui du cheval
Il ne faut pas confondre le trac du cavalier et celui du cheval © Getty / Leonard Mc Lane

André-François Arcier, Médecin, Président-fondateur de Médecine des Arts, qui s’occupe de soigner des artistes lui répond : 

"L’acteur Philippe Noiret était un cavalier émérite. Il avait le trac comme tous les artistes avant d’entrer sur scène. Il aimait dire :

Il y a le trac du cavalier et le trac du cheval. 

Quand il disait cela, on comprenait intuitivement qu’il y avait deux formes de tracs. Il parlait d'un trac, un peu élaboré, celui du cavalier, et d'un autre plus instinctif, celui du cheval. 

Le trac instinctif, c’est une sorte d’excitation qui est nécessaire pour qu’une action se fasse

C’est automatique et normal. Le cavalier ne fait pas souffrir le cheval en le faisant bouger un peu. Il va lui apprendre à maîtriser cet instinct de survie qui fait qu’il se bouge, qu’il a une bouffé d’adrénaline. Une bouffée intéressante pour sauter des obstacles ou réviser un concours, mais pas toujours utile sur scène. Le cavalier va apprendre à maîtriser le trac instinctif par des méthodes relaxantes : la sophrologie, ou des méthodes respiratoires…

Le trac plus élaboré du cavalier est lui, lié à ses pensées

Quand il se dit : « je suis nul », « aujourd’hui, ça ne va pas passer », « je ne sais pas comment faire », « je vais commettre une erreur… ». Toutes ces pensées parasites arrivent au pire moment de sa pratique. Quand c’est à des petits niveaux, on est encore dans un trac raisonnable. Mais cela va nécessiter de travailler un petit peu ses pensées pour savoir comment on peut les ordonner, et qu’elles ne gênent pas la performance. 

D’ailleurs, il ne faut pas confondre trac et anxiété de performance. 

Le trac démarre « avant ». Et quand l’action commence, il va disparaître, s’évanouir, s’éteindre. C’est le trac que l’on doit avoir pour être stimulé. Pour être en symbiose avec son public. 

En revanche, parfois le trac vient avant, pendant et même après et là… Il dérègle la performance. Et là, on est dans un cadre pathologique, d'anxiété de performance. Ce n’est pas le cas le plus fréquent. C’est 10 à 15% des cas.

Mais c’est un vrai problème qui peut entraîner des problématiques difficiles pour un musicien quel que soit son niveau. 

Les enfants sont épargnés

Les plus petits ont rarement le trac, parce qu’ils ne voient pas toujours l’enjeu qu’il y a derrière. Mais le trac apparaît à l’adolescence ou un peu avant : ils comprennent les enjeux sociaux, et le jugement des autres qui va se greffer sur le trac instinctif.

🎧  ECOUTER |Le trac dans les P'tits bateaux

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.