Pourquoi a-t-on plus que jamais besoin de divertissements et de chansons pour nous aider à tenir le coup ? Peut-être parce que la pop culture nous distrait, mais nous délivre aussi des leçons de sagesse, ou de philosophie. Comment Stromae, Camus ou Sinatra peuvent nous aider à surmonter cette période.

FrancK Sinatra
FrancK Sinatra © Getty / Bettmann

MARIANNE CHAILLAN : "Je veux d’abord remercier ceux qui sont obligés de sortir pour travailler, alors que nous avons la chance de pourvoir télétravailler.

Comment supporter d’être confiné ? On a beaucoup lu ou entendu ces jours-ci la phrase du philosophe Pascal selon laquelle tout le malheur des hommes vient du fait qu'ils ne savent pas demeurer en repos dans une chambre. 

Mais pourquoi ne savent-ils pas demeurer en repos dans leur chambre ? 

Ça, on l’a moins dit ! Pourquoi veulent-t-ils tellement sortir ? La réponse de  Pascal : « pour couvrir le silence »

Mais quel silence ? Celui de la mort qui vient, justement. Penser que la mort est là, qu’elle rôde, qu'elle nous attend, c'est terrifiant. On ne veut pas y penser. Alors, on danse, comme dirait Stromae.

On s’agite. Alors, on entre dans ce que Pascal appelle : "les divertissements". Se divertir, c'est occuper son esprit pour ne plus penser. Etre confiné aujourd'hui, c'est vivre ce paradoxe de devoir cesser d'agir, alors même que nous faisons face au péril de la mort qui rôde. C'est cela; notre épreuve.

Quand on a fini de télétravailler, on a, plus que jamais, besoin de divertissement : on écoute de la musique, on dévore des séries, on lit...

Je voudrais vous parler d'une chanson de Frank Sinatra : That's life, c'est la vie.

Écoutez- là, si vous le pouvez, moi, elle m'aide beaucoup. 

On y trouve un chant d'amour pour la vie, en dépit de ces moments terribles et, donc, une sagesse semblable à celle que nous livre Albert Camus dans son essai Le Mythe de Sisyphe.

ECOUTER | Comment Albert Camus peut-il changer notre vie ?

Sur une mélodie heureuse et triste en même temps, les paroles de cette chanson nous disent que la vie est faite de moments douloureux, de désespoir même, au point que parfois, on peut se demander s'il ne vaut pas mieux la quitter. Mais elles ajoutent aussitôt qu'il ne faut pas oublier que la vie est tissée de deux fils  inextricables. Comme le dit Camus, il n'y a pas d'envers sans endroit, il n'y a pas de soleil sans vent...

Comme le chante Sinatra : "Si on est abattu en avril, on se relèvera en juin". Cette alternance de la douleur et du soleil, de la joie et de la tragédie, c'est ça, la vie ! 

Dans la tragédie que nous vivons actuellement, n'oublions pas la joie. Moi, vraiment, c'est cette musique de Sinatra, c'est cette philosophie de Camus, c'est l'espérance de ces nuits de juin, quand nous nous relèverons un peu plus haut, comme le dit le poète grec George Séféris et quand nous irons voir la mer pour célébrer l'avenir qui nous sera enfin rendu. C'est ça qui m'aide à tenir dans ces jours sombres."

Le site de Mariane Chaillan qui a publié La playlist des philosophes

ECOUTER | Attestation, abonnement, déplacement... Toutes vos questions pratiques et juridiques au temps du Covid-19, une édition de Grand bien vous fasse

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.