Le psychanalyste Serge Tisseron est spécialiste de nos rapports avec les nouvelles technologies. Invité de l'émission "Grand bien vous fasse", il a livré sa vision de l’après, et en particulier celle du télétravail tant vanté. Pour lui, travailler et communiquer en présence et à distance n'a rien à voir.

Communiquer en présentiel et en distanciel n'a rien à voir prévient Serge Tisseron
Communiquer en présentiel et en distanciel n'a rien à voir prévient Serge Tisseron © Getty / LeoPatrizi

Les nouvelles technologies ne résolvent pas tout

Serge Tisseron : "Je ne suis pas très optimiste sur l’avenir. La machine économique est lancée tel un paquebot et suit sa propre logique. 

Ce qui me préoccupe, c’est la fascination nouvelle pour le télétravail. 

On pense que le numérique sera la panacée, que l’on va réduire les transports, résoudre le problème de la distanciation physique etc… Or même si ces nouvelles technologies ont des effets formidables, comme la conservation d’un lien social, mais parfois elles peuvent aussi renforcer le communautarisme, en faisant oublier la diversité des points de vue. 

Là, le télétravail non préparé a eu des conséquences catastrophiques : on voit des employés qui se sentent extrêmement seuls, abandonnés et des employeurs qui imaginent que leurs salariés sont en disponibilité permanente. 

Il faut prendre du recul sur les nouvelles technologies et nos manières de créer les liens. Il faut savoir raison garder, étudier tous les avantages du présentiel et du distanciel. Le télétravail n’est pas la panacée. Et il ne faudrait pas imposer trop vite du distanciel à des personnes qui globalement ont découvert qu’il y avait des avantages, mais aussi beaucoup d’inconvénients. 

Distanciel/Présentiel : plus de différences qu’on ne l’imagine

Rien n’est pareil en distanciel. Le présentiel, nous n’avons pas à  l’apprendre au contraire du distanciel, que l'on n'a pas appris. 

On ne peut pas se précipiter sur les outils numériques et se dire : « On ne peut pas communiquer en présentiel, on va faire en distanciel ». Ce serait catastrophique. 

Les gens ne savent pas gérer leur émotion en distanciel. Les regards ne se croisent pas, l’empathie ne fonctionne pas, les mouvements corporels ne s’alignent pas, comme cela peut être le cas en réunion et qui créé un sentiment de confiance partagé.

Il n’y a pas non plus la possibilité de plaisanter sur des potins, avec la personne à côté de vous pour détendre un peu l’atmosphère. 

Il va falloir apprendre ces nouvelles formes de travail, ne nous précipitons pas. D’abord, recréons du lien social de proximité et étudions comment le distantiel peut-être introduit à certaines doses et pour certaines activités. Et surtout, ne soyons pas naïfs."

Aller plus loin

ECOUTER | Grand bien vous fasse avec Serge Tisseron

Serge Tisseron a publié L’emprise insidieuse des machines parlantes paru aux Editions Les liens qui libèrent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.