Est-ce possible de concilier les trois au long cours ? Quelle place faire au désir brûlant et à l’amour dans une relation durable ? Avec l’écrivaine et essayiste Belinda Cannone, qui publie "Le nouveau nom de l'amour" chez Stock. Elle était l’invitée de Grand bien vous fasse, l’émission d’Ali Rebeihi.

L'amour, le désir, le couple...
L'amour, le désir, le couple... © Getty / Hello World

Peur généralisée de l’engagement, hyper-sexualisation, applications de rencontre… Le couple serait en crise. Dans son nouvel essai, Belinda Cannone ausculte les différentes formes du couple qui ont existé au cours de l’histoire, observe les différentes conceptions de l’amour et donne une vision optimiste des nouvelles formes de vie à deux qui ne rime plus avec toujours. 

Dédramatiser la "crise du couple"

Pour Belinda Cannone : "Plus qu’à un moment de crise, nous sommes à un moment historique du couple. Un moment de transition où les représentations que nous avons du couple ne collent plus avec le fait que les couples se défont. C’est une transition, pas une catastrophe !"

Concilier amour et désir charnel au long cours, l’insoluble équation 

L'écrivaine poursuit en détaillant l'origine du malentendu : "Quand on aime quelqu'un, on n'a pas envie que cet amour s'arrête. Ce qu'on a aimé un jour, pourvu qu'il n'ait pas changé radicalement, on l’aime et on peut l’aimer jusqu'à la fin de sa vie. 

Il y a le désir vif et désir brûlant. La temporalité du désir brûlant a tendance à s'étioler, voire à disparaître complètement avec le temps. Donc, on peut aimer quelqu'un toute sa vie, mais on peut plus difficilement le désirer ardemment toute sa vie. Quand la sexualité est devenue une activité autonome qu’elle s’est dégagée de l'amour ou du couple, elle a accentué l'instabilité et la fragilité du couple."

Trop demander à l’amour, une source de malentendus

"L’amour est un sentiment d'une complexité inouïe qui se modifie avec chaque personne, chaque couple. C'est le sentiment le plus beau et le plus fort qui nous mettent en relation avec l'autre et c'est la forme de relation avec l'autre, la plus belle et la plus engageante. 

Mais les différentes conceptions de l'amour sont des sources de malentendus dans le couple. Cela tient au fait qu’on en attende trop. On aimerait qu'il réponde à tous nos désirs, à toutes nos attentes", explique Belinda Cannone.

La solution ? Réhabiliter le désir avec "l’amour-désir"

"Le regard porté sur le désir a changé. On est passé du péché au désir comme facteur d'épanouissement personnel. Il n'y a qu'à regarder les livres et les journaux en librairies. Le désir est devenu vraiment une préoccupation centrale pour tous les Occidentaux. 

Il faut accorder une nouvelle place du désir dans le couple. Il faut le penser comme un mouvement de tout le psychisme, de tout l'être, c’est un mouvement positif et intéressant à qui il faut redonner sa dignité. 

Si on veut reconnaitre au désir sa noblesse et sa dignité, il faut bien admettre que les êtres humains sous nos latitudes, ont envie de vivre dans le désir brûlant. Qu’on ne me dise pas le contraire parce qu'il y a des siècles de chansons, de tableaux, de romans, d'histoires, de poèmes qui ne racontent que cela. 

Allons vers cet 'amour-désir' cette nouvelle forme d’amour qui ne considère plus le désir comme un élément mineur, problématique, ou subalterne on accède à un amour qui confère au désir toute sa dignité dans une relation qui pense qu’il est une expérience humaine fondamentale, extraordinaire.

Le désir est une rencontre avec l'autre qui engage à la fois notre corps et notre esprit sans dissociation. Je ne crois pas qu'il y ait de corps qui ne soit spirituel. Et je ne crois pas que l'esprit ne puisse pas puisse ne pas s'incarner. Donc, le désir, c'est un engagement fondamental du 'corps-esprit'."

Faire place à la polygamie lente

"C'est une expression que je trouve amusante. Je m'en sers pour décrire le fait qu'aujourd'hui, beaucoup d'entre nous formons plusieurs couples successifs. 

Auparavant, on se mariait une fois pour toutes. Ma grand-mère est restée avec son mari jusqu'à la fin de sa vie. La pauvre, d'ailleurs, parce qu'elle souffert de cette relation. Mais on ne se quittait pas à l'époque. 

Aujourd'hui, les gens ont tendance à former deux, trois, quatre couples dans une existence complète : on change de partenaire. Nous avons plusieurs hommes ou femmes, mais successivement. Une conception qui repose sur l’idée que les gens n'ont pas envie de renoncer au désir dans l'amour."

Problème : nous sommes encore marqués par l’idée que l’amour dure avec toujours

"Le mariage chrétien a mis des siècles à mettre au point sa doctrine du mariage et l'indissolubilité du couple, la règle d'or du mariage chrétien. 

Nous venons de cette tradition : on forme un couple pour toujours, "ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas". 

Le problème, c'est que nos représentations ne se changent pas en une génération. Aussi, quand on tombe amoureux, on n’a pas du tout envie de se dire que dans trois ou quatre ans, ce sera terminé. 'Je t’aime pour toujours' veut signifier l'intensité. Ça veut dire : 'Je t'aime tellement fort aujourd'hui que je voudrais que ça dure toujours'."

Ne plus faire un drame des séparations

"Si on arrêtait de considérer qu'une séparation est un drame, un échec. Aujourd'hui, les couples explosent et on se dit 'Mon Dieu, quelque chose n'a pas fonctionné'. Il doit y avoir un fautif dans le fait que nous nous séparons. Mais si on avait une autre conception de la séparation, on pourrait continuer tranquillement à s’aimer, mais autrement, toute une vie. D'ailleurs, de plus en plus souvent aujourd'hui, les ex restent des amis".

Ou rester ensemble mais admettre que le désir fluctue

"Après tout, pourquoi ne resterait pas dans le couple, considérant que c'est naturel que le désir soit beaucoup plus fluctuant. C'est ce que font beaucoup de gens. Peut être les 50 % qui ne divorcent pas. Et pourquoi pas d’ailleurs. Tout est possible.

La notion d’infidélité n’est plus intéressante. Cela voudrait dire que l'exclusivité sexuelle est une valeur absolue. Or elle n'est pas facile pour plein de personnes. Depuis des siècles, les gens bricolent d'une façon ou d'une autre pour s'en sortir avec ça, qu'ils vivent dans la transparence ou au contraire, dans le secret. Chaque couple a sa formule de l'amour". 

ECOUTER | Bélinda Cannone dans Grand bien vous fasse sur l'amour

Avec : 

Bélinda Cannone, romancière, essayiste, autrice de Le nouveau nom de l’amour (Stock)  

ALLER PLUS LOIN 

Quelques conseils pour mieux réussir votre vie de couple

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.