Dans l’émission "Grand bien vous fasse", le psychiatre Michel Lejoyeux a donné quelques conseils de bon sens inspirés de nos très anciens ancêtres pour rester en bonne santé. En quelques mots : de la marche, de la mastication, de la menthe, du bavardage, de la nouveauté et l’application de la règle des trois tiers.

Vivre en s'inspirant en prenant les bonnes idées des hommes préhistoriques pour rester en forme
Vivre en s'inspirant en prenant les bonnes idées des hommes préhistoriques pour rester en forme © Getty / PeskyMonkey

Pratiquer la marche

Le cerveau des hommes préhistoriques s’est transformé à partir du moment où ils ont accédé à ce que l’on n’est pas loin de perdre aujourd’hui : la bipédie, et la marche… 

Se remuer, faire du sport 30 minutes par jour entraîne une baisse de 40% des cancers, de la maladie d’Alzheimer et des maladies cardiovasculaires. Les 20 premières minutes, on brûle du sucre. Ensuite on libère des molécules protectrices pour l’organisme. Souvent les gens ne pratiquent que le week-end. Or c’est comme le brossage des dents : c’est tous les jours qu’il faut pratiquer une activité sportive.

Bien mastiquer

Les hommes préhistoriques avaient de gros maxillaires pour mâcher des aliments consistants. Aujourd’hui, on redécouvre ce pouvoir de la mastication, pour avoir moins faim et mieux profiter des aliments.

Consommer de la menthe

On a découvert de manière très étonnante autour des tombes préhistoriques, des plants de menthe. Nos très lointains ancêtres l’utilisaient beaucoup. Aujourd’hui, les chercheurs en neurobiologie ont montré que cette plante aromatique régule l’appétit, et calme le comportement. 

Se tourner vers la nouveauté 

Même si on ne sait pas beaucoup de choses sur nos lointains ancêtres, on connait les gênes qui ont persisté de la préhistoire à aujourd’hui, ceux qui nous ont protégés. Et parmi les facteurs de protection, on a trouvé la recherche de nouveautés et de sensations. 

On sait aujourd’hui que ce qui forme des nouveaux neurones, c’est quand l’on fait des choses que l’on n’a jamais fait. Donc si on est capable de sortir de sa zone de confort pour aller vers la nouveauté on se maintient en forme intellectuelle, et pas seulement.

Bavarder

Le bavardage : on s’est aperçu que les groupes se constituaient en bavardant. C’est quoi le bavardage ? C’est transmettre des émotions, de manière directe sans essayer de convaincre l’autre et en l’écoutant. Réhabilitons nos moments de bavardages qui font plus de bien que nous ne le croyons.

La règle des trois tiers

Et ne soyez pas trop sage, ne suivez pas trop ces conseils au pied de la lettre. Dans la vie quotidienne il faut appliquer la règle des trois tiers : 

  • des moments de capitalisation : quand on recommence une activité dont on sait qu’elle réussit : c’est notre droit à une zone de confiance
  • des moments de consolation : les hommes préhistoriques qui n’accédaient pas à la dépression étaient ceux qui étaient totalement euphoriques pendant l’hiver et qui se faisaient massacrer par les bêtes sauvages ; notre capacité à se replier quand on va mal est un indice de bonne santé 
  • des moments de nouveauté.

Sur le même sujet

🎧 La médecine du bon sens dans Grand bien vous fasse

Une meilleure hygiène, notre alliée longue vie selon le médecin Frédéric Saldmann

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.