Soupçonnés d'être envahissants, le pissenlit et le chiendent sont mal considérés au jardin confiné ! Avec les sages considérations d'Alain Baraton, rétablissons les vérités naturelles de ces plantes, bienvenues pour notre santé et notre bien-être.

Au Printemps, les pissenlits illuminent nos jardins confinés !
Au Printemps, les pissenlits illuminent nos jardins confinés ! © AFP / Fredrik Von Erichsen / DPA

Dans sa remarquable nouvelle intitulée La Grande Bretèche, Honoré de Balzac décrit de façon sublime l'envahissement d'une maison abandonnée et, pour évoquer la Nature qui reprend ses droits, parle de  "ces plantes que nous appelons mauvaises". 

Les jardiniers d'aujourd'hui, à l'instar de Balzac qui remettait ainsi en question nos vieux réflexes périmés, deviendraient-ils plus sages, et plus douces leurs façons d'aborder la Nature qui se révèle si généreuse, toujours ?

Alain Baraton, en tout cas, est de ceux-là, et comme il gère avec bonheur, non seulement tout le domaine du Trianon et du Grand parc du château de Versailles, mais aussi, dans les Yvelines, le domaine national de Marly-le-Roi, nous pouvons lui faire confiance !

Alors, dans votre jardin confiné, vous pourrez faire jaillir mille joies et, pourquoi pas, quelques saveurs nouvelles, si vous prêtez attention à ce qui suit…

Le pissenlit

En 1862, dans son roman, Les Misérables, Victor Hugo nous apprenait cette expression maintes fois répétée :

Être mort, cela s’appelle manger des pissenlits par la racine.

Si nous évoquons ainsi notre nature mortelle, qui n'a jamais autant été d'actualité en ce temps d'épidémie, sachez que de nombreux pays utilisent à peu près la même image associée au jardin ou à une plante, mais que seule la Grèce y associe le pissenlit.

Un nom attesté dès le XVe siècle qui, de toute évidence, est issu des propriétés diurétiques de la plante, espèce du genre Taraxacum, réputée pour favoriser la santé de la sphère urinaire.

Pour décrire le pissenlit qui est notre ami, je vous laisse en bonne compagnie, avec Christophe de Hody, botaniste de terrain, qui a créé sa chaîne Youtube, Le Chemin de la Nature, avec de courtes vidéos passionnantes !

Le chiendent

Le chiendent est une plante officinale, donc utilisée en pharmacopée, qui appartient à la famille des poacées, nom scientifique des graminées, tout comme le blé, ou l'orge.

Essayez  de dégager une des racines de cette plante, émerveillez-vous de la couleur ivoirine de celle-ci, ainsi que de la perfection des bourgeons qui évoquent des canines. 

Est-ce ainsi pour cela qu'on parle, en langage vernaculaire, de chiendent ? Mais peut-être aussi parce nos amis les chiens aiment croquer ses feuilles pour se purifier. 

Dans l'Antiquité, on louait déjà ses qualités diurétiques, légèrement anti-inflammatoires, jusqu'à la capacité de dissoudre les calculs urinaires et de traiter les cystites.

On cherche à l'éradiquer parfois pour sa capacité à se répandre grâce ses longs rhizomes traçants, et Alain Baraton précise que le chiendent se multiplie aussi par les graines, tout simplement, mais aussi par ses stolons, des tiges aériennes, tout comme le fraisier.

Et si, vraiment, le chiendent ne vous dit rien qui vaille, alors, dans votre espace verdoyant, plantez simplement l'œillet d'Inde, la rose d'Inde et le souci, il semblerait que certaines substances de ces plantes empêchent sa progression. Et pour le limiter un peu, n'oubliez pas de jardiner avec la Lune !

José Ortega y Gasset

J’ai réduit le monde à mon jardin, et je vois maintenant l’immensité de tout ce qui existe.

Pour papillonner un peu

📖 LIRE : La Fabrique des Fleurs de Maxime Singer, aux éditions Buchet-Chastel.

Avec le changement climatique, la synchronisation subtile des cycles de reproduction est perturbée, menaçant ainsi toute la biodiversité. Dans cet ouvrage, vous rencontrerez tous les mécanismes qui se cachent derrière la beauté des fleurs.

📖 LIRE : Des papillons dans mon jardin, Comment les attirer avec les plantes appropriées de Bruno P. Kremer et Odile Koenig, aux éditions Delachaux et Niestlé.

Si vous désirez faire de votre jardin confiné, un refuge pour les papillons et leurs chenilles, ce bel ouvrage, illustré de photographies, présente 40 papillons adaptés aux jardins, ainsi que 80 plantes qui leur plairont à coup sûr !

🎧 ÉCOUTER : La Main Verte, la chronique d'Alain Baraton sur France Inter, tous les samedis et dimanche matins.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.