Si les vacances à deux sont souvent un terrain propice aux disputes, elles n’en constituent pas moins une formidable occasion, pour un couple, de se redécouvrir et de sacrifier, ne serait-ce que quelques jours, le quotidien au profit de sa vie intime.

Un couple faisant le grand saut
Un couple faisant le grand saut © Getty / TommL

Catherine Aimelet Périssol (psychothérapeute spécialiste des émotions), Robert Neuburger (psychiatre & psychothérapeute de couple), et François De Singly (sociologue spécialiste de la famille) étaient invités dans Grand bien vous fasse pour évoquer ce terrain miné que sont les vacances en amoureux. Revenons ici sur quelques points essentiels de leurs échanges. 

De l'importance de se retrouver et de rompre avec le quotidien

Les vacances permettent de sortir du côté très structuré de la vie quotidienne, de permettre aux habitudes de faire place au vide. C'est l'occasion notamment de se recentrer sur son couple, comme l'explique Robert Neuburger :

Les vacances à deux sont vitales pour un couple, au regard de son intimité. 

"Pendant l'année, la dimension de l'intime est sacrifiée. Le plus gros problème des couples que je rencontre en thérapie", témoigne-t-il, "c'est justement au niveau de cette dimension de l'intime : se sentir exister dans le regard de l'autre. Cette reconnaissance est placée en dernier du fait des responsabilités quotidiennes". Le psy conseille souvent à ses patients : 

Vous n'avez pas de problèmes de couple : en réalité, vous n'avez pas de couple du tout. C'est pourquoi il faut donner du temps à votre couple. 

"Il y a quelques années, les parents n'hésitaient pas à placer leurs enfants deux ou trois mois en colonie de vacances - là où, aujourd'hui, ils pourraient bien se retrouver avec les services sociaux s'ils y songeaient. Aujourd'hui, il y a une espèce de sentiment de culpabilité qui fait que beaucoup de couples n'osent pas partir sans leurs enfants et sacrifient, de fait, leur relation amoureuse".  

Catherine Aimelet Périssol ajoute : 

C'est tout à fait valable et vital pour le couple de partir en vacances à deux. Un couple qui ne se rencontre pas à deux n'est pas un couple.

Elle ajoute : "Ces drôles de péripéties sont générées par la vision que l'on se fait des vacances à deux : une idéalisation de cet espace-temps préalablement perçu comme tout ce qui devrait s'y trouver de bon, ce qui doit permettre de s'enchanter, de se retrouver en intimité. Comme si on s'était perdus le reste de l'année, et retrouvés pendant les vacances, dans ce vide où l'on prête beaucoup de projections, d’espoirs et d'idéalisation". 

En réalité, indirectement, c'est un test du couple

"On teste ses équilibres, on étudie l'autre, et on partage beaucoup plus de choses merveilleuses car il n'y a pas d'échappatoire. Les frustrations et les déceptions sont proportionnelles aux espoirs souhaités dans la vie de couple".

À deux en vacances, c'est aussi être "seuls à deux"

Catherine Aimelet Périssol met en lumière un certain risque qui est "le rapport de force : le « je râle », le « tu pourrais être différent », le « je t'en veux ». Mais l'espace du couple, c'est aussi bien l'espace dans lequel on recherche une forme de sécurité rassurante - un point d’appui, un espace de confiance - que la recherche de la liberté

Nous sommes tous amenés, à l'intérieur du couple, à travailler cet espace de tiraillement dans lequel on veut à la fois de la sûreté et de la liberté

François de Singly ajoute que "si un des deux partenaires estime que l'autre ne doit être que conjoint, ça finit en dispute car, par principe, il y a d'autres besoins. Au fond, nous ne nous pensons pas uniquement comme conjoint. Le problème est toujours le même : pourquoi ne pas s’autoriser à être autre chose qu'un conjoint en face de son partenaire ? Cela fait l'objet de grandes tensions car il faut s'autoriser, d'une certaine façon, à agir de deux manières différentes : être conjoint et être seul à deux. Pendant les vacances, j'ai le droit, pour-moi-même, d'exprimer des choses personnelles".

Les vacances, c'est d'abord un imaginaire

"S'il n'y a pas de contraintes", poursuit François de Singly, "cet imaginaire est vide. Et c'est par l'autre qu'on le remplit, justement. C'est la raison pour laquelle l'autre devient obligatoire : 100 % de mon temps, la contrainte provient de l'autre. Il y a des gens qui dépriment parce qu'ils cherchent à remplir cet imaginaire-là". 

Pourquoi les vacances en couple, ça ne fonctionne pas longtemps ?

Robert Neuburger estime que "c'est parce qu'on est, déjà toute l'année, dans le même bateau, dans cette même entraide de solidarité. Mais les vacances, c'est fait justement pour retrouver l'autre dimension, ce moment où on peut se séduire de nouveau. Ce qui fait exister un couple ce n'est pas uniquement la relation amoureuse : le fait de se sentir homme ou de se sentir femme, c'est quelque chose de fondamental. Je le vois dans la plupart des thérapies de couple que je suis".

Les vacances, c'est ce moment qui est fait pour se sentir exister et une des solutions pour que les vacances à deux se passent pour le mieux, c'est aussi que l'un des deux conjoints puisse prendre, seul de son côté, des vacances.

S'ouvrir l'un à l'autre  

Pour Catherine Aimelet Périssol, "tout dépend de la liberté de chacun à pouvoir mettre de côté ses habitudes comportementales ou mentales, et de favoriser, à un moment donné, cet aspect de séduction, de rencontre, de révélation. Idéalement, il faudrait d'emblée avoir un esprit plus ouvert, être capable de faire abstraction. Très souvent, dès qu'on arrive en vacances, certains admettent qu'il a fallu du temps pour arriver à mettre de côté ses habitudes. Il faut savoir l’accepter car c'est la séduction, l'intimité qui crée le couple : le fait d'aimer des choses ensemble ou d'accompagner l'autre dans ce qu'il aime. Ce qui compte, c'est l’inventivité face aux situations, et ne pas rester bloqué dans son émotivité, il faut rester créatif".

Robert Neuburger souligne ce dernier argument en estimant "qu'un couple, c'est une usine avec deux patrons, c'est pourquoi il faut de l'alternance : une journée organisée par l'un, une journée organisée par l'autre. Ce qu'on oublie trop, c'est que les gens structurent leur existence par une série de contraintes diversifiées qu'il doivent apprendre à assumer".

Aller plus loin

🎧 ÉCOUTER - Vacances à deux : comment éviter les clashs ? dans l'émission d'Ali Rebeihi, Grand bien vous fasse.

📖 LIRE- Catherine Aimelet Périssol, Émotions : quand c'est plus fort que moi (Leduc's). 

📖 LIRE - Robert Neuburger, Nouveaux couples (Éditions Odile Jacob) et On arrête ? on continue ? Faire son bilan de couple (Éditions Payot).

📖 LIRE - François De Singly, Libres ensemble (Éditions Armand Colin).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.