Le coronavirus et le confinement peuvent-ils conduire à une remise en question de notre modèle d'existence aujourd'hui ? Dans nos relations sociales, nos comportements, notre conscience collective, notre société et ses valeurs... Retrouvez ici l'essentiel des réponses des invités de "Grand Bien Vous Fasse" .

Quand le Covid-19 devient une occasion historique de changer tous ensemble
Quand le Covid-19 devient une occasion historique de changer tous ensemble © Getty / Dimitri Otis

Quand l'épidémie du Covid-19 aura disparu, que la période de confinement sera levée, qu'en sera-t-il donc de notre société ? 

Au micro d'Ali Rebeihi, la philosophe, Laurence Devillairs, et les sociologues, Rémy Oudghiri, Jean Viard, Gérald Bronner et Serge Guérin, se demandent comment le Covid-19 et ses enjeux peuvent conduire à un changement de comportement de la société.

Une occasion historique de se repenser

Le sociologue Rémy Oudghiri estime que, contrairement aux autres crises antérieures, c'est vraiment un moment historique où le temps de confinement va nous obliger à changer : "Cette crise sanitaire arrive dans un contexte particulier qui fait que la société française n'a jamais été aussi divisée qu'aujourd'hui et que cela constitue le grand enjeu politique". 

Le confinement incite, selon lui, à remettre en avant le collectif quand, depuis quelques années déjà en France, les gens allaient dans des directions très différentes. 

Là, il y a une opportunité historique majeure qui est de remettre au cœur une vision collective : 'notre unité d'action, c'est l'interrogation' disait Malraux.

Il poursuit : "Tous, en ce moment, nous nous interrogeons à partir de situations extrêmement différentes mais c'est ce qui nous unit. Et il ne tient qu'à nous de faire en sorte que cette unité perdure après la crise. Cette expérience va nous changer en profondeur".

🎧 RÉÉCOUTER - Qu'est-ce qui nous empêche de nous mettre à la place des autres ?

Jean Viard donne toute son importance à la période du confinement que tout le monde partage. C'est de là que les liens communs sont susceptibles de se tisser : 

Ces situations d'urgence sont comme d'immenses moments d'innovation pour le futur.

Apprendre à se remettre en question et se centrer sur l'essentiel pour l'avenir

Pour Laurence Devillairs, "cette crise nous montre la nécessité de passer du discours, des paroles, aux faits, et de se remettre soi-même en question. 

Nous sommes face à une remise en question de nous-mêmes. Il y a une mise à nu de la société.

Cette remise en question de soi-même doit se faire en prenant conscience qu'il ne faut pas trop s'échapper vers la vie numérique à laquelle pourrait nous réduire trop facilement le confinement. C'est à travers les écrans que s'inscrit, d'après elle, la véritable épreuve du réel et qu'il faut parvenir à dépasser pour évoluer par la suite dans beaucoup de domaines : 

"Je crains une trop grande envolée de la vie numérique durant le confinement... Soit on en profite pour faire un vrai retour sur soi-même et on affronte le sens virtuel des esprits, soit on demande encore plus à nos écrans et à société dématérialisée ce qu'il faut craindre...

L'occasion, nous est donnée de faire avec ce qu'on a, non les écrans mais notre pensée !

🎥 CLÉS DU NUMÉRIQUE - Addiction aux écrans : qui nous rend accros et comment décrocher ?

C'est vraiment l'occasion pour une fois de prendre son temps avec les moyens du bord. 

Le sociologue Rémy Oudghiri renchérit : "c'est un moment que beaucoup de gens vont pouvoir utiliser pour réfléchir à ce qui compte vraiment pour eux, à ce qui est essentiel à leurs yeux, aujourd'hui". 

C'est une opportunité de recréer des liens, de se réinventer, de nous réinventer !

L'esprit de consommation voué à se transformer

Le sociologue Gérard Bronner revient sur la question de nos comportements en termes de consommation et selon lui, déjà depuis la crise de 2009, le décrochage économique avait doublement changé notre rapport à la consommation. 

Il pense qu'à l'issue de cette crise sanitaire, ce comportement de vigilance sera plus vrai que jamais, malgré l'élan important de consommation  qui s'ensuivra : 

Si on peut aussi s'attendre à ce que après cette crise sanitaire, à court terme, les plaisirs de l'évasion s'imposent et que, naturellement, il y ait d'abord une envie de se précipiter dans les magasins pour assouvir ses besoins, il y aura sur le long terme un rapport beaucoup plus réfléchi et sensible à la consommation et aux problématiques sanitaires, écologiques, altruistes, solidaires. 

La crise sensibilise au soin mutuel et collectif

C'est selon le sociologue Serge Guérin, la valeur cardinale de demain : "c'est ce qu'on entend partout et le comportement dont on fait preuve lorsque nous avons nos proches au téléphone en ce moment. Le 'fais attention à toi, faites attention à vous'. C'est cette notion d'éthique, de sollicitude, d'être attentif aux autres qui se manifeste pendant cette période de confinement. 

On est en train de réinventer une notion de vie commune, qui dépasse les inégalités sociales car on est vraiment tous dans le même bateau.

Alors que, pendant très longtemps, le sentiment de fatalité prédominait - l'idée que les choses ne pouvaient pas changer, qu'aucune solution n'était possible pour changer le monde... Et bien en quelques jours, elles font foison : 

C'est le retour du sentiment d'interdépendance qui va progressivement devenir un élément central d'une politique publique et collective qui naîtra après coup.

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Grand Bien Vous Fasse, Comment cette crise sanitaire peut-elle changer notre société ?

📖 LIRE - Coronavirus : de l'alimentation au vaccin, toutes vos questions sur la maladie.

📖 LIRE - Boris Cyrulnik : "Après le coronavirus, il y aura des changements profonds, c'est la règle"

Notre dossier Coronavirus

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.