C'est un vieux schéma préétabli qui domine encore les représentations : une vie sexuelle reposant essentiellement sur la pénétration, et sans laquelle il est absolument impossible de prendre son pied avec sa ou son partenaire. Une vision stéréotypée de la sexualité qui peut vous priver de plein d'autres fantasmes.

Sexualité : et si on en finissait avec la pénétration ?
Sexualité : et si on en finissait avec la pénétration ? © Getty / Howard Kingsnorth

Pour son émission "Pas son genre", Giulia Foïs et ses invités ont rebattu les cartes de la sexualité post #MeToo. Une discussion animée qui a donné lieu à un constat, non la pénétration n'est pas le seul moyen de prendre du plaisir, et il faudrait même lui accorder moins d'importance de l'avis de celle et de ceux qui la pratiquent ! Explications. 

Toutes les femmes ne jouissent pas forcément par simple pénétration

70% des femmes ne peuvent pas avoir d'orgasme si le rapport sexuel n'est envisagé que par le plaisir vaginal, cela traduit que bon nombre de personnes vivent une sexualité qui reste encore très largement hétérocentrée et, de fait, très phallocentrée. Giulia Foïs rappelle que une femme sur deux souhaiterait ainsi donner plus de place à d'autres gestes que la simple pénétration. La mécanique des corps qui s'emboîtent prévaut toujours inconsciemment dans les esprits, c'est ce que nous explique Martin Page d'après sa propre expérience : 

Martin Page : "Moi-même j'ai mis du temps avant d'en prendre conscience, j'étais très focalisé sur mon plaisir et sur la pénétration en pensant que mon plaisir était aussi celui ressenti par ma compagne. Je me suis rendu compte que tout ça était très mécanique. 

J'ai mis du temps à écouter mes partenaires et c'est justement à partir du moment où j'ai posé des questions que je me suis rendu compte qu'il y avait plein de femmes qui n'avaient pas de plaisir via des rapports avec une simple pénétration. Elles attendaient autre chose, et très souvent elles n'osent pas le dire. 

Nombreuses aussi sont celles qui pensent que, parce qu'elles ne ressentaient pas de plaisir par la pénétration, elles avaient un problème, ce qui est faux ! Car plein de femmes en réalité, ne peuvent pas ressentir de plaisir sexuellement par la pénétration

La sexualité par la pénétration reste la norme dans les esprits, ce qui est complètement fou.

Et les hommes sont-ils satisfaits de cette sexualité centrée autour de la pénétration ?

D'ailleurs, les hommes, contrairement aux idées reçues, ne sont pas si satisfaits que cela de leur vie sexuelle tant qu'elle est exclusivement pénétrative. L'idée que les hommes jouissent lorsqu'ils éjaculent relève du mythe est la norme préconçue, encore une fois. La sexualité via la pénétration systématique peut aussi avoir des conséquences pour eux car ils restent soumis à cette injonction : 

Martin Page : "Un médecin me disait que les hommes sont vraiment stupides de se focaliser sur la pénétration parce que fatalement, à un âge à 60-70 ans, ils vont arrêter d'être facilement en érection et pour autant ils continueront bien à s'épanouir autrement. Ça marche aussi pour les plus jeunes qui ont une espèce d'angoisse liée à la performance continuelle

Ça rendrait vraiment service aux hommes et aux femmes de moins se focaliser sur la pénétration.

Finalement, hommes et femmes sont autant prisonniers d'un système qui ne leur convient pas tout le temps. Ovidie rappelle que tout part encore une fois de l'élément éducatif et avoue elle aussi être tombée dans le piège pendant un moment : 

Ovidie : "C'est juste qu'on ne leur a pas appris à faire autrement. Ils ont été élevés comme ça. Les hommes baisent tout seul. Il y a plein d'hommes qui ne sont pas dans une volonté de nuire à leur partenaire ou quoi que ce soit et qui sont prisonniers comme nous, de ça. Mais nous aussi, on est prisonnière de cette idée que si l'homme ne bande pas, c'est qu'on n'est pas baisables. J'ai déjà eu des attitudes problématiques avec des hommes qui, par exemple, avaient une panne ou quoi que ce soit et boudaient, c'est complètement débile

Martin Page :

Faire l'amour devrait être une rencontre des corps, une conversation qui s'est ouverte avec Metoo.

Ovidie :

Tout le monde tâtonne. Tout reste à faire. Tout est à reconstruire

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Pas son genre : Baiser après MeToo avec Ovidie et Martin Page

📖 LIRE - Ovidie (co-écrit avec Diglee) : Baiser après Metoo : Lettres à nos amants foireux (Marabulles)

📖 LIRE - Martin Page : Au-delà de la pénétration (Nouvel Attila)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.