Bronzer sur une plage de sable blanc de l'autre côté du globe ? Dîner dans une capitale européenne ? Rien de plus facile avec des billets d'avion à bas coûts. Problème : l'empreinte carbone des touristes explose à travers le monde et aggrave le réchauffement climatique.

Les touristes de plus en plus nombreux sur la planète ; les émissions de gaz à effet de serre aussi.
Les touristes de plus en plus nombreux sur la planète ; les émissions de gaz à effet de serre aussi. © Getty / Orbon Alija

Des touristes de plus en plus nombreux

Au XVIIIe siècle, le tourisme était l'affaire des jeunes aristocrates, il était question d'aller se confronter au monde pour devenir un homme. Et puis, en 1841, le britannique Thomas Cook a inventé le concept du voyage organisé pour la nouvelle classe moyenne britannique : c'est la naissance du tourisme pour tous. En 1910, l’Office National du Tourisme est créé à Paris. Et puis tout s'accélère… Au cours du XXe siècle, le tourisme de masse explose : en 1950, 25 millions de touristes prenaient l'avion ; en 2016, nous étions 1 200 millions. Soit près de 50 fois plus. Aujourd'hui, le tourisme représente environ 10% du PIB mondial selon l'organisation mondiale du tourisme (OMT).

En Europe, les compagnies aériennes low cost ont permis l'explosion des vols de courte distance… ce qui, par retour de Boomerang, a généré un mouvement de rejet de la part des habitants ("tourists go home"). En 2017, certaines villes d'Europe ont vu exploser leur population :

  • Barcelone : 32 millions de touristes - 1.6 million d'habitants
  • Amsterdam : 17 millions de touristes - 830 000 d'habitants
  • Venise : 30 millions de touristes - 55 000 d'habitants
1 min

►►►ÉCOUTER | A Venise, les habitants slaloment entre les valises à roulettes de touristes

Par Mathilde Imberty

Malgré le terrorisme, les catastrophes naturelles, la crise économique, le tourisme est aujourd’hui l’une des branches économiques connaissant la plus forte croissance au monde. Ce sont d'abord les touristes occidentaux qui ont ouvert les routes du tourisme. Mais ils ne sont plus seuls : en Chine, au Brésil, en Inde, une classe moyenne apparaît, avide de découvertes et de voyages. L’OMT estime que les vols aériens devraient augmenter de 3,3 % par an dans les dix prochaines années, pour atteindre 1,8 milliard de vols d’ici à 2030.

Et la couche d'ozone dans tout ça ?

Avec une telle augmentation du trafic aérien, on imagine facilement l'impact sur l’environnement. Selon une étude des chercheurs de l'Université de Sydney publiée dans Nature Climate Change en mai dernier, le tourisme est responsable de 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre

Dans leur étude, les chercheurs ont tenté de faire le bilan le plus complet possible, en prenant en compte les transports (les vols internationaux et intérieurs) mais aussi tous ce que les touristes consomment sur place : l’hébergement, l'alimentation et les achats. Au palmarès des pays qui ont la plus forte empreinte carbone touristique : 

  1. les États-Unis
  2. la Chine
  3. l'Allemagne
  4. l'Inde
  5. le Mexique

Et si on arrêtait de prendre l'avion ?

Plane stupid est une ONG britannique, écologiste et non violente. Depuis une dizaine d'années, ses membres s'allongent sur les pistes d'aéroport pour protester contre l’explosion du trafic aérien. L’une des manifestantes, Ella Gilbert, explique :  

En construire davantage va à l’encontre de tout ce qui nous a été expliqué par les scientifiques et les experts du changement climatique.

Pourtant, jusqu'à présent, seule une minorité de vacanciers sont prêts à "voyager responsable" : limiter leurs déplacements en avion ou compenser leur empreinte carbone… 

Aller plus loin

LIRE AUSSI Comment compenser son empreinte carbone lorsqu'on voyage en avion ?

LIRE AUSSI Télérama consacre cette semaine un numéro spécial "Partir" avec plusieurs articles intéressants, notamment "Il est urgent d'arrêter de bouger"

Toute cette semaine, le Zoom de la rédaction de France Inter était axé sur les nouveaux tourismes :

LIRE AUSSI (en anglais, et payant) L'article de la revue Nature Climate Change

Articles liés
Vie quotidienne
Compote courge / pomme à la purée d’amande blanche
24 septembre 2018
Vie quotidienne
Ajo blanco
24 septembre 2018
Vie quotidienne
Lait d’amande maison
24 septembre 2018
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.