C'est l'une des figures les plus icôniques de la pop culture : le plombier moustachu Mario – et son frère Luigi - fête ses 35 ans. Pour l'occasion, Nintendo a sorti le grand jeu : un grand jeu marketing où le personnage devient un jouet et se décline (avec soin) dans d'autres formats.

Le kit de démarrage des Lego Super Mario, avec son Mario Interactif
Le kit de démarrage des Lego Super Mario, avec son Mario Interactif © Radio France / JB

On a connu Mario plombier, mais aussi Mario sportif, Mario nettoyeur de murs, Mario docteur... mais on a, somme toute, assez peu connu Mario jouet ! Personnage culte du jeu vidéo - et plus largement de la pop culture, le célèbre Super Mario, 35 ans après sa naissance, se décline de plus en plus en dehors de l'écran de télévision.  

À l'occasion de cet anniversaire, Nintendo – qui, ironie du sort, était bien avant de se lancer dans le jeu vidéo une entreprise de jouets et de cartes à jouer – a coopéré avec plusieurs autres grandes entreprises du secteur du divertissement pour concevoir des jeux et jouets dédiés au personnage. 

Monopoly change ses billets en pièces 

L'une des sorties de ces dernières semaines, c'est un Monopoly édition spéciale "Super Mario Celebration", entièrement dédiée aux aventures du petit personnage rouge. En lieu et place des rues de Paris, on retrouve donc des niveaux iconiques des différents jeux Mario. Les pions sont remplacés par les carapaces, étoiles et champignons. Et surtout, adaptation ultime : adieu billets, les joueurs et joueuses échangent désormais des pièces, à la façon de Mario et ses amis qui collectent ces petites pièces jaunes tout au long de leur parcours. Assez proche du Monopoly Junior, où l'on échange pas des milliers mais des unités. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Seulement voilà, ce n'est pas une nouveauté à proprement parler : avant ce Monopoly Mario, un "Monopoly Gamer Nintendo" proposait déjà de jouer sur le célèbre plateau avec des personnages de ce même univers. Une édition même doublée d'un autre jeu, dédié exclusivement à Mario Kart. Des éditions aux règles légèrement différentes du Monopoly classique, avec des pouvoirs et des actions possibles en plus – ce que ne permet pas l'édition sortie ces dernières semaines. 

Des Lego pour jouer à Mario (presque) comme dans le jeu 

C'est la grande annonce de ces dernières semaines : une collaboration entre Nintendo et Lego autour de la franchise Super Mario. La marque aux petites briques, déjà bien habituée aux licences à succès (Harry Potter, Star Wars), ajoute une corde non négligeable à son arc avec cette gamme qui promet aux joueurs une expérience permettant de transporter le "gameplay" de Super Mario dans des niveaux bâtis en Lego.  

"Cela fait plus de quatre ans qu'il y a des discussions sur une offre commune" entre les deux marques, explique la directrice marketing de Lego en France, Anne Besson : "Cette nouvelle gamme doit permettre aux enfants et aux plus grands de jouer avec l'univers de Super Mario d'une façon nouvelle, dans l'univers physique, qui recrée l'univers de jeu vidéo."  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La gamme Lego Super Mario se compose d'une vingtaine de boîtes différentes, reproduisant fidèlement les univers et les personnages de la licence Mario, de la maison de Yoshi au château du méchant Bowser – mais, petite frustration, vous ne pouvez pas commencer par où vous voulez : un "starter kit" composé d'un petit Mario interactif et d'éléments de base est obligatoire

En effet, c'est cette figurine, lumineuse et sonore, que vous faites ensuite évoluer à la chasse aux pièces en reproduisant les mécanismes du jeu d'origine. Technologiquement cela dit, c'est irréprochable, le petit Mario est même capable de reconnaître le feu (blocs rouges) et l'eau (blocs bleus) par rapport à la terre ferme (blocs verts). En revanche, en termes d'amusement, à moins de jouer en famille avec des tout petits, on se laisse prendre au jeu quelques dizaines de minutes, mais c'est surtout à des fins de décoration que les "grands" apprécieront ces éléments.  

À l'extrême opposé, avec un gameplay qui passe au second plan mais une expérience de construction qui pousse le détail à l'extrême, Lego et Nintendo ont aussi coopéré pour proposer une reproduction (en taille réelle) de la NES, première console de la marque, accompagnée d'une télévision qui fait marcher le jeu Super Mario Bros, premier de la saga. La rédaction de France Inter a testé la construction de cet énorme engin tout en briques, en mécanismes et en pièces étonnantes, avec des crochets, des angles biseautés et des roues. 

Comptez un bon paquet d'heures pour arriver à bout de ces plus de 2 500 pièces, mais cette expérience ressemble plus à celles des Lego à l'ancienne, avec le plaisir de voir petit à petit un objet prendre forme, un mécanisme en rejoindre un autre, pour aboutir à l'objet final – les designers ayant poussé le souci du détail jusqu'à permettre de glisser une cartouche de jeu (elle aussi en Lego) dans la console. La télévision qui accompagne la console présente un mécanisme complexe de défilement qui reproduit l'écran du jeu Super Mario original... et vous pousserez un grand ouf de soulagement quand, à l'approche de la fin du montage, les différentes pièces montées côte à côte finissent par s'emboîter à merveille. 

Le résultat final, après cinq à six heures de travail sur la boîte de Lego
Le résultat final, après cinq à six heures de travail sur la boîte de Lego © Radio France / JB

"Pour nous, les plus gros défis ont été de recréer le mécanisme de poussée pour les cartouches de jeu, et le mouvement de Mario à l'écran, pour permettre aux utilisateurs de vraiment "jouer" avec", a expliqué à France Inter Maarten Simons, designer de cet objet chez Lego. "Mais quand nous sommes dans un travail de design nous faisons toujours attention à ce que l'expérience de construction soit fun et gratifiante, et que le résultat soit visuellement bon", ajoute-t-il. "Plutôt que de simplement fabriquer une réplique statique" de la NES et du jeu qui va avec, "nous avons poussé le système des Lego à ses limites pour donner vie à l'ensemble, et Nintendo était d'accord avec l'idée depuis le début", raconte-t-il. 

Mario Kart débarque dans le salon grâce à... des voitures télécommandées 

C'est une déclinaison qui semblait couler de source... et pourtant, il aura fallu attendre 2020 pour que Mario Kart, le jeu de course aussi culte que le personnage lui-même, ait droit à sa déclinaison "dans la vraie vie" – si l'on fait abstraction des simples jouets radiocommandés. Mais Nintendo a attendu que les progrès de la réalité augmentée soient suffisamment avancés pour proposer un jeu qui soit à la fois un jeu vidéo, pour la console Switch, et un jeu de petites voitures. 

En effet, chaque voiture est dotée d'une caméra, et son parcours peut être ainsi suivi sur l'écran de la console, agrémenté de nombreux autres éléments, à commencer par les autres coureurs, virtuels, mais aussi les obstacles, et les fameux objets bonus : si votre kart reçoit une carapace ou roule sur une banane dans le jeu, la voiture télécommandée ralentira, de fait, à l'écran. Pour l'heure, c'est à peu près tout ce que l'on sait de ce jeu prometteur (à condition d'avoir un grand salon), dont la sortie a été annoncée la semaine dernière pour le 16 octobre et qui sera vendu une centaine d'euros, voiture comprise. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix