Faut-il interdire la publicité pour les voitures trop polluantes ou le transport aérien ? Oui, selon trois associations, dont Greenpeace. C'est aussi l'une des pistes de la Convention citoyenne pour le climat, qui dévoilera ses 150 propositions jeudi soir.

Dans le collimateur des associations : les publicités pour les voitures thermiques, le transport aérien, ou encore les groupes pétroliers.
Dans le collimateur des associations : les publicités pour les voitures thermiques, le transport aérien, ou encore les groupes pétroliers. © Maxppp / KEYSTONE

Et si, comme pour les publicités d’alcool et de cigarettes encadrées en 1991, c'était le tour des pubs pour les voitures et les avions ? Près de 30 ans après la loi Evin, trois associations (Greenpeace, le réseau action climat et Résistance), réclament à leur tour une sorte de loi Evin "spécial climat", dans un rapport publié mercredi matin. En s'inspirant de ce texte, les associations prônent l'interdiction pure et simple de ces publicités considérées comme "néfastes pour le climat". 

En ligne de mire, les secteurs qui émettent beaucoup de CO2 : le transport aérien, les voitures thermiques (notamment les SUV) et les groupes pétroliers, qui dépensent chaque année des milliards d'euros en publicité. "En France, c'est le secteur des transports qui est le plus émetteur de gaz à effet de serre", explique Clément Sénéchal, porte-parole de Greenpeace. "Donc c'est pour ça qu'il faut s'attaquer en priorité aux publicités qui font de la réclame pour les transports aériens, maritimes et automobile... Tous les biens et services qui ont un usage direct des énergies fossiles.

Pourquoi s'appuyer sur l'exemple de la loi Evin ? Réponse de Clément Sénéchal : "Cette loi est importante car elle a fait la démonstration que sur des questions d'intérêt général, on était capable de mettre en place une régulation à la liberté d'entreprendre, pour un problème de santé publique. Aujourd'hui, le fléau climatique est d'importance égale avec celui de l'alcoolisme ou du tabagisme. Donc il est cohérent d'appliquer le principe de la loi Evin à la question climatique."

Et les Français dans tout ça ? Selon un sondage commandé par Greenpeace, 65 % d'entre eux sont pour l'interdiction des publicités considérées comme néfastes pour le climat.

Une proposition aussi portée par la Convention climat

Ce n'est pas la première fois que l'idée d'interdire ce genre de publicité est évoquée. L’année dernière, les députés Mathieu Orphelin et Delphine Batho avaient déjà proposé d’interdire la publicité pour les voitures polluantes dans la nouvelle loi transports. L'amendement avait été retoqué par la majorité à l'Assemblée nationale. La ministre de la transition écologique Elisabeth Borne avait fait passer un autre amendement : à chaque publicité pour une voiture, un message pour inciter à prendre les transports en commun ou le vélo pourrait être diffusé.

Les choses pourraient de nouveau bouger dans les mois à venir, car l'encadrement voire l'interdiction de ces publicités fait aussi partie des pistes de réflexion de la Convention citoyenne pour le climat, qui dévoile jeudi soir ses 150 propositions, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.